Venue de Marine Le Pen – Pau, Occitània

En cette période pré-électorale, Marine Le Pen est venue soutenir le moral de ses troupes paloises.

Devant le local du FN, Rue Montpensier.

Devant le local du FN, Rue Montpensier.

C’est une demi-heure avant l’horaire annoncé à la presse que Marine Le Pen s’est rendue aux Halles. Au même moment, des membres de l’AAF-Pau et de Libertat (le NPA et des non-organisés ont alors rejoint la manifestation) distribuions des tracts aux abords du bâtiment. Après un bref quart d’heure de visite, la présidente du Front National s’est engouffrée dans la permanence locale de son parti. Là, elle a tenu un discours devant une petite poignée de militants (voir première vidéo). « Ils ont vraiment raclé les fonds de tiroir! » s’exclame alors un palois. Pendant ce temps, les manifestants nous sommes tenus devant l’entrée du local. Exhibant une banderole et criant des slogans antifascistes, nous avons continué de tracter auprès des passant-e-s.

Le FN est à Pau, la répression aussi

Marine Le Pen « a tenu un discours devant une petite poignée de militants. »

Durant notre action, la police et les RG nous ont pris en photo sous toutes les coutures. Et pendant que nous étions devant le local du FN, quelques groupes de personnes (plutôt jeunes) nous observaient sans relâche, restant statiques pour certains et faisant des rondes pour d’autres. Leur manque de discrétion laissait pour évident qu’il s’agissait de proches du parti frontiste. Après son discours, Marine Le Pen et ses gardes du corps ont quitté la ville à bord de leur voiture. Sans doute un grand déchirement pour certains de ses militants, puisque l’un d’entre-eux s’est jeté sur un manifestant antifasciste (cherchant peut-être du réconfort?). La police a d’ailleurs attendu que nous nous approchions pour nous foncer dessus, nous repoussant avec violence et faisant vaguement mine de calmer l’agresseur. Non non, il n’y a aucun lien entre policiers et fascistes…

Nous nous félicitons et remercions tou-te-s ceux/celles qui se sont joint à notre appel. En effet, nous avions appris la venue de Marine Le Pen la veille et avons dû mobiliser nos forces en dernière minute afin d’appeler à manifester, écrire un tract et réaliser une banderole. Jamais nous ne laisserons la place aux idées nauséabondes et fascisantes. L’Occitanie est et restera une terre antifasciste!

Ailleurs sur internet: La République des Pyrénées, France 3 Pau Sud-Aquitaine (journal du 27/01/2014 à 05:18)

Des fascistes ouvrent le feu contre le public d’un concert – Clarmont, Occitània

Le 17 janvier, un fasciste ouvrait le feu contre des militant-e-s progressistes à Clarmont*.

Vendredi 17 janvier avait lieu un concert en soutien aux sans-papiers organisé par le Réseau Universités Sans Frontières (RUSF) à Clarmont. Vers 23h, plusieurs fascistes attaquent le concert. L’un d’eux a un fusil à canon scié et fait feu contre la foule. Deux antifascistes sont touchés: l’un reçoit du plomb derrière la tête, l’autre en reçoit dans les mains, les jambes, la nuque et la tête. Ils seront transférés aux urgences après l’intervention des pompiers. Un militant fasciste ayant participé à l’attaque est actuellement en garde à vue.

Une agression qui s’ajoute à une liste déjà longue

C’est loin d’être la première attaque fasciste à Clarmont. Et la police ne cherche pas à réprimer les fascistes puisqu’elle sert l’État. Or, ce dernier a un intérêt dans le développement des idées fascistes: elles sont le dernier rempart pour éviter au capitalisme d’être abattu par la classe travailleuse. « De plus, il est de notoriété commune qu’il existe des liens directs entre certains militants fascistes et les flics » affirme l’OCFR. Cependant, il s’agît cette fois-ci d’une attaque à l’arme à feu. Ceci constitue un bond qualitatif dans l’action des fascistes: ils tentent désormais d’assassiner ceux qui voudraient s’opposer à eux.

Ces faits surviennent dans un contexte tendu: en quelques mois, plusieurs agressions fascistes contre des militant-e-s progressistes ont eu lieu. Dans le même temps, la pression populaire a permis la fermeture du local du Front National.

Actualisation du 28/01/2014: Le tireur a été condamné à la va-vite à deux ans de prison ferme. Une peine bien légère pour une tentative d’assassinat ayant entrainé des blessures graves…

* En français: Clermont-Ferrand

Symboles fascistes sur des maisons et des bâtiments municipaux – Aurelhan, Occitània

Des habitant-e-s d’Aurelhan* ont trouvé des symboles fascistes sur des maisons et des bâtiments municipaux de leur commune.

Croix celtique - lavoir d'Aurelhan, 08-01-2014 crédit photoCe matin, la petite ville bigourdane s’est réveillée avec une mauvaise surprise. En effet, deux croix celtiques y avaient été taguées. L’une sur un panneau d’entrée de la ville et l’autre sur celui du lavoir. Ce fait pourrait sembler mineur si, la veille, trois familles « d’origine maghrébine » n’avaient pas découvert des croix gammées sur leur porte. Pour le maire, « c’est un acte extrêmement inédit et très isolé à Aureilhan, abject, inadmissible et intolérable. » Cependant, un conseiller municipal a déclaré que « même dans une ville largement à gauche, il y a un vote FN qui s’est exprimé fortement lors des dernières élections, aussi bien nationales que locales. » Toujours selon ce même conseiller municipal, « cet acte ne peut venir que de personnes qui connaissent très bien la ville et ses habitants. » Des plaintes ont été déposées et une enquête de police est en cours.

* Aureilhan en français.

SOURCES: La République des Pyrénées (édition papier), La Dépêche, Pyrénées info.

Militants antifascistes détenus à Tours après l’apparition de tags contre la vene de Dieudonné – Tours, France

Quatre militants ont été arrêtés à Tours pour avoir fait des tags contre Dieudonné. Retour sur le rôle du fascisme et sur celui de l’État.

Quelques-uns des tags faits à Tours.

Quelques-uns des tags faits à Tours.

Vendredi 3 janvier à Tours, quatre militants antifascistes ont été placés en garde-à-vue. Ils sont accusés d’avoir réalisé des graffitis contre le spectacle de Dieudonné, devant avoir lieu le 10 janvier dans une salle de la ville (1). Deux d’entre eux ont été retenus toute la nuit et ont été libérés sans charge retenue. Les deux autres sont également restés en GAV une partie de la journée du samedi. Pour l’un d’eux, les charges retenues – ou non- contre lui ne sont pas encore connues. Quant à l’autre, il est inculpé pour avoir « sans autorisation préalable, tracé des inscriptions, signes ou dessins n’ayant entraînés qu’un dommage léger au préjudice de la Préfecture d’Indre-et-Loire et de Tours Evènements (Vinci et autres), lesdites dégradations ayant été commises sur une façade, un véhicule, une voie publique ou un mobilier urbain en l’espèce sur des murs et des vitres des bâtiments » et devra verser une amende de 500€. La Préfecture s’est constituée partie civile contre ce dernier.

Le fascisme sert la cause des oppresseurs

Soldats français faisant le geste de la "quenelle". Un signe utilisé par ces "anti-système" au discours puant les chambres à gaz (Soral, etc).

Soldats français faisant le geste de la « quenelle ». Un signe utilisé par ces « anti-système » au discours puant les chambres à gaz (Soral, etc).

L’AAF-Pau condamne ces arrestations. Bien que l’État tente de nous faire croire qu’il lutte contre le fasciste Dieudonné, il n’hésite pourtant pas à condamner des militants qui luttent réellement contre ce sinistre individu. Pire, il stigmatise Rroms, personnes d’origine maghrébine (sous couvert de lutte contre l’islam radical) et rafle les immigrés clandestins qu’il parque dans des centres de rétention. En effet, qu’il s’agisse des théories antisémites et complotistes de Dieudonné, de l’homophobie assumée de La Manif Pour Tous, ou encore de l’islamophobie de groupes tels que le Bloc Identitaire, toutes ces différentes formes, ces différentes couleurs de fascime ont un intérêt pour ceux qui sont aux commandes (2). Il n’est aucun complot judéo-maçonno-martien: c’est une classe qui dirige la production, l’État – qui est à son service – et donc la société. Cette classe s’appelle la bourgeoisie, et elle a besoin de semer la confusion et la division au sein des classes travailleuses afin de les empêcher de s’unir, de se révolter et de la renverser.

(1) D’autres tags également présents sur les lieux soutenaient la lutte de la ZAD à Notre Dame des Landes, celle de la guérilla Naxalite en Inde et celle de Georges Abdallah, prisonnier politique détenu à Lannemezan/Lanamesa. Un des tags sur Dieudonné disait: « Dieudo une balle, Soral une rafale ».
(2) « Il faut pour la bourgeoisie trouver le moyen de recréer, malgré l’existence du marxisme, les ténèbres dans les consciences (…). Et c’est ainsi que naît le racisme, dont tous les ‘mythes’ correspondent à un double but : combiner la force et la ruse, pour mettre dans la conscience des hommes des illusions qui les rendent soumis au capital et prêts à la guerre impérialiste. Ils se sont orientés vers l’idée de race. Par là doit se perdre la connaissance la plus importante, celle du rôle de l’économie. Par là doit se perdre la notion fondamentale de classe. Par là doit se perdre la connaissance que le marxisme a apportée aux travailleurs des lois de l’évolution de la société, la connaissance du moyen de sortir de la société capitaliste. » Georges Politzer, Révolution et contre-révolution au XXème siècle.

 

En Occitan:

Militants antifascistes detenuts a Tors après l’apparicion de tags contre la vienuda de Dieudonné – Tours, France Quate sòcis qu’estón arestats a Tours per aver hèit tags contre Dieudonné. Que tornam suu ròtle deu fascisme e suu de l’Estat.

Divés, lo 3 de genèr a Tours, quate militants antifascistes qu’estón plaçats en guarda-vista. Que son acusats d’aver realisats inscripcions contre l’espectacle de Dieudonné, qui ei adiat lo 10 de genèr hens ua sala de la vila (1). Dus d’enter eths qu’estón retienuts tota la nuèit e qu’estón liberats shens carga retienuda. Los dus autes que demorèn tanben en GAV ua partida deu dia deu dissabte. Tad un deus dus, las cargas retienudas – o non- contre eth ne son pas enqüèra coneishudas. Tà çò qui ei de l’aute, qu’ei inculpat per aver « shens autorisacion prealable, traçat inscripcions, signes o dessenhs qui n’ajan entrainat qu’un domatge leuger au prejudici de la Prefectura d’Indre-e-Leire e de Tors Eveniments (Vinci e autes), aquestas dégradacions qu’an estat comesas sus ua paret, ua autò, ua via publica o un mobilher urban en l’espècia sus parets e finèstras de bastiments » e deberà pagar ua esmenda de 500€. La Prefectura que s’ei constituida partida civiu contre aqueth darrèr.

Le fascisme que serveish la causa deus oppressors

L’AAF-Pau que condamna las arrestacions. A maugrat que l’Estat ensaja de’ns har créder que luta contra lo fasciste Dieudonné, ne trantalha pas de condemnar los militants qui lutan reaument contra aquera sinistra persona. Pire, qu’estigmatiza Roms, personas d’origina maghrebina (devath lo pretexte de lutar contre l’islam radicau) e qu’arrapa los immigrats clandestins que parca hens centres de retencion. En efèit, que s’ageish de teorias antisemitas e complotistas de Dieudonné, de l’omofobia assumida de La Manif Pour Tous, o enqüèra de l’islamofobia de gropes taus com lo Bloc Identitaire, tota saqueras diferentas fòrmas, aqueras diferentas colors deu fascime qu’an un interés taus qui son a las comandas (2). N’i a pas nada manigança judéo-maçonno-marcian: qu’ei ua classa qui gavida la produccion, l’Estat – qui ei au son servici – e donc la societat. Aquesta classa que s’apèra la borguesia, e qu’a besonh de semiar la confusion e la division au còr de las classas trabalhadoras entaus empachar de s’unir, de’s susmautar e de la desquilhar.