Manifestations après l’assassinat de Rémi Fraysse – État français

Rémi Fraysse - Nantes - flics gazentSuite à l’assassinat de Rémi Fraysse, des manifestations ont éclaté un peu partout dans l’État français.  Le préfet de Loire-Atlantique accuse les manifestantEs nantaisEs d’avoir lancé des bouteilles d’acide sur la police. Il affirme également que cette dernière n’a pas fait usage de flashballs. Pourtant, un manifestant a eu le nez arraché par une balle de ce type de fusil. Pendant ce temps, à Nantes toujours, des fascistes facilitent le travail de la police en menant une campagne de délation contre les manifestantEs, notamment en les prenant en photo et en diffusant ces dernières sur Internet.

ZAD du Testet : un mort – Galhac, Occitània

Rémi Fraysse, 21 ans, est mort ce 26 octobre, suite à l’attaque de la ZAD du Testet par les forces de police.


Testet (ZAD, Galhac) 2014-10 - drapeau rougeCela fait maintenant plusieurs mois que le pays de Galhac* est devenu le théâtre d’affrontements réguliers. En effet, il est prévu d’y construire un barrage d’1.5 million de mètres cubes à des fins d’ « équilibre hydrologique » (selon le Conseil Général du Tarn, citant le Ministère de l’Environnement). Les travaux ont déjà commencé, détruisant un espace de biodiversité servant de refuge à de nombreuses espèces animales. Certaines d’entre-elles sont déjà menacées. Le 25 octobre, une nouvelle manifestation avait lieu pour protester contre la poursuite des travaux, le rapport d’experts n’ayant toujours pas été remis à la Ministre de l’Environnement, Ségolène Royal. Après quelques échauffourées dans l’après-midi, le calme était revenu en début de soirée. Des concerts avaient lieu le soir-même.

Les Gardes Mobiles ont trainé le corps de Rémi à l’écart de ses camarades

Testet (ZAD, Galhac) 2014-10 - monticuleVers 2h du matin, alors que le public des concerts et des animations a quitté les lieux, les Gardes Mobiles procèdent à une charge. Cette dernière donne lieu à un échange de projectiles, notamment un lancer massif de « grenades lacrymogènes, incapacitantes et explosives ». Une personne tombe à terre. C’est Rémi Fraysses, 21 ans, touché dans le dos, sans doute [obligation légale, ndlr] par une grenade des forces de police. Les agents trainent alors le corps inerte de Rémi de leur côté, mettant en joue ses camarades, les empêchant de venir à son secours. Plus tard, des gyrophares de pompiers sont aperçus du côté des Gardes Mobiles. À 5h du matin, les affrontements ne sont toujours pas terminés. Vers la fin de la nuit, après de nombreux lancers de grenades, les forces de police procèdent à un gazage massif afin de couvrir leur fuite.

Des manifestations ont eu lieu partout dans l’État français

On voit le lieu où Rémi serait tombé, au deuxième plan. Le sang séché est cerclé de bleu. Au premier plan, à quelques mètres, l’impact au sol d’une grenade explosive. On observe dans le coin droit un bout de sangle de sac à dos.

On voit le lieu où Rémi serait tombé, au deuxième plan. Le sang séché est cerclé de bleu. Au premier plan, à quelques mètres, l’impact au sol d’une grenade explosive. On observe dans le coin droit un bout de sangle de sac à dos.

Un homme qui luttait contre la destruction du pays de Galhac au nom du profit et de l’agriculture intensive a donc été assassiné par les forces de l’ordre. Nous condamnons fermement cet acte, qui rappelle l’assassinat de Sébastien Briat, militant opposé au passage d’un train de déchets nucléaires à Avricourt en 2004. Suite à la mort de R. Fraysses, des manifestations ont eu lieu, d’abord sur place, puis un peu partout dans l’État français pour dénoncer ce crime. Un rassemblement a d’ailleurs été convoqué à Pau par diverses organisations ce 27 octobre à 19h. La manifestation de Galhac a, en dépit de toute dignité, été réprimée par les forces de police.

« Si j’avais su que ce serait un tel bordel… »

Rémi Fraysses assassinat Mélenchon traitreMais au milieu des réactions de condamnation de cet odieux assassinat, certaines voix s’élèvent pour défendre la République. C’est par exemple le cas de Jean-Luc Mélenchon, patron du Parti de Gauche, dont nous vous invitons à lire la réaction ici ou sur la gauche du paragraphe (nous vous invitons également à vous munir d’un sceau ou de tout autre récipient avant de lire ; ce blog nous est inconnu, aussi nous n’affirmons en aucun cas cautionner les autres contenus qui s’y trouvent). Autre réaction dont l’indécence n’a d’égal que l’égoïsme, celle de Thierry Carcenac, Président (PS) du Conseil Général du département du Tarn : « Si j’avais su que ce serait un tel bordel, je ne me serais peut-être pas lancé dans un tel projet. »

La famille de Rémi Fraysses annonce qu’elle va porter plainte pour homicide volontaire.

Actualisation du 30 octobre : Denis Favier, Directeur Général de la Gendarmerie Nationale, exclut de suspendre le gendarme qui a tiré la grenade qui serait à l’origine de la mort de Rémi Fraysses. Le patron de la Gendarmerie affirme que l’escadron qui est intervenu sur le site du Testet est « meurtri ». Nous pensons à ce moment à la famille de Rémi, victime une nouvelle fois de l’absence totale de compassion de la part d’une nouvelle personnalité publique.

* Gaillac en français.

Assassinat de Clément Méric : Esteban Morillo libéré – Paris, France

… Ou comment mal commencer l’année. Nous publions ici le communiqué rédigé hier par le Comité pour Clément. Nous invitons touTEs les militantEs et sympathisantEs antifascistes à suivre de près l’actualité, au cas où des protestations viendraient à être organisées. Cette libération sous contrôle judiciaire a été précédée par plusieurs rassemblements de militants fascistes à travers l’Europe, parfois devant les consulats français.

 

Manif Clément ParisNous avons appris ce jour la libération sous contrôle judiciaire de M. Morillo, principal mis en cause dans la mort de notre camarade, Clément Méric.

Rappelons d’abord que la fin d’une détention provisoire ne présage en rien de l’issue d’un procès, et encore moins de l’innocence des mis en examen. En effet, la détention provisoire est une mesure d’exception qui doit être justifiée par les nécessités de l’instruction et cesser dès que possible. Les parties civiles ne se sont d’ailleurs prononcées sur aucune des demandes de remise en liberté, et ce depuis le début de l’affaire.

Qu’il soit bien clair aussi que nous ne prônons pas l’enfermement comme solution, que nous ne le souhaitons à personne ; et surtout que nous ne nous en remettons pas à la justice pour lutter contre l’extrême droite.

Elle a d’ailleurs prouvé son indulgence voire sa bienveillance à l’égard de celle-ci à plusieurs reprises : les assassins de Brahim Bouarram ont été condamnés à des peines de huit mois à un an ferme, un militant qui a tiré sur un concert de soutien aux sans-papiers a été condamné à deux ans de prison en comparution immédiate sans aucune enquête sur les complicités dont il a bénéficié, Serge Ayoub est relaxé de l’assassinat de James Dindoyal et nous pourrions poursuivre cette triste liste.

La libération de M. Morillo ne doit pas faire oublier que les preuves à l’encontre des militants de 3e Voie qui ont agressé Clément sont accablantes. Loin de la présentation qu’en font certains médias qui renvoient deux versions dos à dos, l’enquête a permis de préciser les zones d’ombres des premières semaines. Plusieurs témoins confirment la présence de poings américains dans le groupe de skinheads ainsi que l’appel de renforts par SMS et appels téléphoniques. Les relevés d’appel confirment également le lien direct entre les agresseurs de Clément et Serge Ayoub, qui prétendait pourtant ne pas les connaître. Enfin, la vidéo de surveillance citée en juin par RTL, dans ce qui restera une belle intoxication d’un média peu regardant, démontre que Clément et ses amis n’ont pas bougé d’un centimètre en direction de leurs agresseurs qui se sont bien jetés sur eux.

Mais le mal est fait. L’extrême droite a réussi son coup de communication avec la complicité de nombreux journalistes qui se sont empressés de relayer leurs versions, voire de donner de l’importance à des provocations verbales alors que notre camarade avait été frappé à mort.

Notre combat ne vise pas à une vengeance judiciaire par l’obtention de lourdes peines. Il vise à refuser que soient mis sur un pied d’égalité les idées de haines et de violence de l’extrême droite avec les idées d’égalité et de progrès social que nous défendons.

Comité pour Clément

Esteban Morillo libération ComPourClém (2014-09-02)Esteban Morillo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ailleurs dans la presse francophone : Metronews, Europe 1, Le Parisien (tous considérés comme peu à très peu fiables)

Antifascistes assassinés en Novembre – Monde

Voici une liste de militants de la lutte antifasciste qui ont été assassinés au mois de Novembre, ces dernières années. Il se peut qu’il manque des noms, aussi nous vous demandons d’avance de nous excuser. Cet article servira à alimenter un dossier qui sera mis en ligne (accessible depuis le menu).

SILVIO MEIER – 21 ANS APRÈS : L’ANTIFASCISME TOUJOURS D’ACTUALITÉ (ALLEMAGNE)

Silvio Meier

Silvio Meier

Silvio Meier, était membre de la gauche alternative et militant pro squat. Il a été assassiné par des néo-nazis le 21 novembre 1992 dans le métro berlinois de Samariterstraße après une altercation avec ces derniers. Deux de ses amis ont été blessé dans l’agression. Le caractère politique du meurtre est clair : un témoin rapporte que l’un des fascistes a crié « Maintenant nous avons fait tomber ces truies de gauchistes ». Le tribunal condamna Sandro S. (17 ans) à quatre ans et demi de prison pour avoir porté le coup mortel. Suite au décès de Silvio, une plaque commémorative a été placée dans la station de U-Bahn, des rues ont été renommé en son honneur et chaque année les antifascistes allemands organisent d’immenses manifestations.

TIMUR KACHARAVA – 8 ANS APRÈS : L’UNION FAIT LA FORCE (RUSSIE)

Timur Kacharava

Timur Kacharava

Timur Kacharava, étudiant en philosophie, était militant antifasciste et vegan. Il était membre du collectif Food not Bombs (récupération et distribution de nourriture vegan aux personnes dans le besoin), mais aussi des groupes anarchistes Sandinista et Distress. Le 13 novembre 2005, après une distribution pour Food not Bombs, il est suivi par une dizaine de néo-nazis qui le poignardent à cinq reprises. Bien que la justice essaie de faire croire que ce crime n’est pas politique, prétextant un affrontement enter hooligans, la famille de Timur assure que son meurtre est intimement lié à son militantisme. Selon eux, le groupe fasciste était organisé et préparé à commettre cet assassinat prémédité et politique.

CARLOS PALOMINO – 6 ANS APRES : LE COMBAT CONTINUE ! (CASTILLE)

Carlos Palomino

Carlos Palomino

Le militant antifasciste Carlos Palomino, âgé de 16 ans seulement, a été assassiné le 11 novembre 2007. Dans le métro de Madrid, des antifascistes rejoignaient une protestation face à une manifestation xénophobe. Organisée par le parti nazi « Democracia Nacional », elle était autorisée par les autorités locales. Josué Estébanez, âgé quant à lui de 23 ans, est un militaire d’extrême-droite. Il lui suffira d’un seul coup de poignard en plein cœur pour arracher la vie du jeune Carlos. Bien que le drame ait été filmé par les caméras du métro, les fascistes clament la légitime défense. Pourtant, Josué n’a pas essayé de fuir lorsque Carlos a seulement secoué son sweat. Il ne s’agit donc en aucun cas de légitime défense. Le procureur demanda 29 ans d’emprisonnement. Josué fut condamné à 26 : 19 ans pour l’assassinat de Carlos, et 7 ans pour la tentative d’assassinat sur le camarade qui tentait d’aider le militant. Le tribunal a reconnu que le meurtre du manifestant a été motivé par la haine idéologique. Josué Estébanez a pourtant essayé de contester l’aspect politique. Les raisons qui ont conforté la justice dans le crime politique sont : le look bonehead de l’agresseur, le « Sieg Heil » qu’il criait, le bras tendu (salut de la SS), le fait qu’il ait dit « sale racaille rouge, je vais tous vous tuer » et enfin les observations et les actions des groupes d’extrême-droite qui ont tenté de minimiser la responsabilité de l’agresseur. En plus de la peine de prison, il a dû verser 100 000€ pour la famille Palomino et 500€ à un autre antifasciste poignardé.

IVAN KHUTORSKOY – 4 ANS APRES : NI OUBLI, NI PARDON (RUSSIE)

Ivan Khutorskoy

Ivan Khutorskoy

Ivan Khutorskoy, surnommé Bonecrusher, était le leader du R.A.S.H. Russe, anarchiste et antifasciste connu et reconnu. C’était un membre efficace, sportif, qui faisait la sécurité pour des concerts et conférences antifascistes. La situation brutale et violente de la lutte en Russie ne lui faisait pas peur. Courageux et téméraire il ne reculait pas. Il ne s’est pas caché quand les fascistes ont essayé de l’effacer. Il a continué malgré l’attaque de plusieurs personnes qui lui ont balafré le visage avec des rasoirs ; malgré le coup de tournevis au cou ; malgré les heurts des battes de baseball ; malgré le poignard dans son estomac. Le 16 novembre 2009, alors qu’il rentrait chez lui, il reçu deux balles dans la nuque. Des sites néo-nazis avaient publiés son adresse. L’organisation nationaliste russe BORN revendique l’assassinat. Beaucoup se questionnent sur l’existence réelle de ce groupe. Pour certains, cela se cantonne à du virtuel. Nous n’avons trouvé aucune information faisant état d’une enquête de police.

Nous, militants antifascistes, n’oublierons jamais nos camarades assassinés par les fascistes. La justice bourgeoise ne pourra pas continuer à atténuer ou faire taire les motifs politiques de ces attaques. Nous ne flancherons pas face à la menace, nous continuerons le combat tant qu’il y aura un danger.

NI OUBLI NI PARDON ! RIPOSTE ANTIFASCISTE !

En Occitan :

Antifascistas assassinats en Noveme. Monde.

Vaqui ua lista de militants de la luta antifascista qu’eston assassinats en Noveme, aquèras darrèras annadas Que’s pòt que manca noms, pr’amor d’aquò que’vs demandam en avança de’ns desencusar. Aqueste article servirà tà alimentar un dossièr qui serà hicat sus la tela (atenhedis despuish lo menut).

SILVIO MEIER – 21 ANS PASSATS : L’antifascisme tostemps d’actualitat.
Silvio Meier qu’èra sòci de l’esquèrra alternativa e militant pro esquat. Qu’estó assassinat per deus neonazis lo 21 de noveme de 1992 dens lo metro berlinès de Samariterstraße aprés ua altercacion dab aquestes. Dus deus sons amics qu’eston blaçats dens l’agredida. Lo caractèr politic deu murtre qu’ei clar : un testimòni torna portar que`u deus fascistas a cridats « Adara qu’avem hèit càder aquèras trojas d’esquerristas ». Lo tribunau sentenciè Sandro S. (17 ans) a quate ans e mieja de preson per aver portat lo còp mortau. Arron deu decès de Silvio, ua taulamarme qu’estó placada dens l’estacion de U-Bahn, deus carrèras qu’eston tornar nomar per son aunor e los antifascistas alemands organizan manifestacions de las granas cada annada.

TIMUR KACHARAVA – 8 ANS PASSATS : l’union que da fòrça qu’en·horteish  (RUSSIA)
Timur Kacharava, estudiant en filosofia, qu’èra militant antifascista e vegan. Qu’èra membre deu collectiu Food not Bombs (recuperacion e distribucion de viòca vegan taus personas dens lo besonh), mes tamben deus grops anarquistas Sandinista e Distress. Lo 13 de noveme de 2005, aprés ua distribucion tà Food not Bombs, qu’ei seguit per ua detzena de neonazis que’u dagan cinc còps. Ja sia que justícia ensaja de har crèder qu’aquest crimi n’ei pas briga politic, pretextant un afrontament enter holigans, la familha de Timur assolida que son murtre qu’ei intimament ligat a son militantisme. Segon la familha, lo grop fascista qu’èra organizat e preparat a cométer aquest assassinat premeditat e politic.

CARLOS PALOMINO – 6 ANS PASSATS : Lo combat continú ! (CASTELHA)
Lo militant antifascista Carlos Palomino, atjat sonque de 16 ans , qu’estó assassinat lo 11 de noveme de 2007. Dens lo metro de Madrid, deus antifascistas qu’arrejónhèvan ua protestacion de cap a ua manifestacion xenofòbe. Organizada peu partit nazi « Democracia Nacional », qu’estó autorizada per las autoritats locaus. Josué Estébanez,per eth, atjat  de 23 ans, qu’ei un militar d’extrèma-dreta.Que’u sufirà d’un sol còp de daga au còr per darrigar la vita deu joen Carlos.Ja que lo drama qu’estó filmat per las cameras deu metro, los fascistas que claman la legitima defensa. totun, Josué n’a pas ensajat de huéguer quan Carlos qu’a sonque segotit la soa sudadera. Ne s’ageish pas alavetz de legitima defensa. Lo procuraire demandava 29 ans d’empresonament. Josué qu’estó condamnat a 26 ans : 19 ans per l’assassinat de Carlos, e 7 ans per la temptativa d’assassinat suu camarada qui temptava d’ajudar lo militant. Lo tribunau qu’a reconeishut que’u murtre deu manifestant qu’estó motivat per l’òdi ideologic. Josué Estébanez qu’a totun ensajat de contestar l’aspècte politic. Las rasons qui an confortat la justícia dens lo crimi politic que son : l’aspècte bonehead de l’agressor, lo « Sieg Heil » qu’ac cridava, lo braç tenut (salut de la SS), lo heit qu’aveva ditz « racalhassa roia, que  vau tot vs tuar » e fin finau las observacions e las accions deus grops d’extrèma-dreta qui avevan temptat de minimizar la responsabilitat de l’agressor.En mei de la pena de preson, Qu’a devut barrejar 100 000€ tà la familha Palomino e 500€ tà un aute antifasciste dagat.

IVAN KHUTORSKOY – 4 ANS PASSATS : NI DESBREMB, NI PERDON (RUSSIA)
Ivan Khutorskoy, chafrat Bonecrusher, qu’estó lo capdau deu R.A.S.H. Russia, anarquiste e antifascista conegut et reconeishut. Qu’estó un sòci eficaç, esportiu, qui hasó la seguritat per deus concèrts e conferéncias antifascistas. N’aveva pas paur de la situacion brutassa e violenta de la luta en Russia. Coratjós e temerari ne reculava pas. Ne s’ei pas amagat quan los fascistas qu’an ensajat de l’esfaçar. Qu’a continuat maugrat l’ataca de mei d’ua persona qui avevan escoterada la soa cara dab rasèrs ; maugrat lo còp de viravitz tau còth ; maugrat los tusts deus bateders de baseball ; maugrat la daga dens lo son estomac. Lo 16 de noveme de 2009, alavetz qu’entrava en çò eth,qu’a recebut duas balas dens l’arrèrcòth. Deus sitis neonazis qu’avevan publicats la soa adreça. L’organisacion nationalista russa BORN reïvindica l’assassinat.Fòrça se questionan sus l’existéncia vertadèra d’aqueste grop. Per daubuns, aquò limita’s tau virtuau. N’avèm pas briga trobat informacion sus un estat d’ua enquèsta de polícia.

Nosautes , militants antifascistas, ne desbrembèm jamei camaradas nostes assassinats peus fascistas. La justícia borgesa ne poderà pas continuar d’atenuar on har carar los motius politics d’aqueras atacas. Ne flaquirèm pas cap a la miaça, que continuarèm lo combat tant qu’i aurà dangèr.

NI DESBREMB NI PERDON ! RIPÒSTA ANTIFASCISTA !

Assassinat de Filatov Feodor, 5 ans après – Russie

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe 10 octobre 2008, Filatov «Fedjay» Feodor Vasilevich, était assassiné à Moscou. Selon les sources antifascistes, Filatov a été attaqué par un groupe de néo-nazis armés de couteaux qui lui avaient tendu une embuscade alors qu’il rentrait du travail.

Le fascisme a tué, tue et tuera de nouveau. La seule solution : la riposte populaire révolutionnaire, organisée pour lutter contre la bête immonde. N’oublions et ne pardonnons pas l’assassinat de Clément (05 Juin 2013) et de Pavlos (18 Septembre 2013).

Source : Slackbastard et The other Russia

Assassinat de Killah P, rappeur antifasciste – Grèce

[Devath, l’article en occitan.]

À l’heure où les fascistes sont de plus en plus puissants et agressifs en Grèce, un nouvel assassinat politique est à déplorer.

Killah P

Killah P, 34 ans, était connu pour son engagement associatif et antifasciste.

Killah P – ou de son nom civil Pavlos Fyssas – était un rappeur grec réputé, âgé de 34 ans. Connu pour son grand engagement antifasciste, il organisait des concerts contre le fascisme, était impliqué dans plusieurs activités sociales de son quartier et il dédia une chanson à un militant grec tué en 2008.

Dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 septembre – peu après le match de foot qui avait opposé l’Olympiakos au PSG – Pavlos se promenait avec sa copine et un autre couple dans le quartier populaire du Pirée à Athènes. Le parti fasciste Aube Dorée y a récolté de nombreuses voix aux élections de Juin 2012. C’est alors qu’un groupe de jeunes, vêtus de t-shirts noirs et de pantalons militaires (une tenue qui n’est pas sans rappeler l’uniforme d’Aube Dorée), commence à l’agresser verbalement. Pavlos et ses amis réussissent à s’enfuir suite à un début de bagarre. Mais au croisement de la rue, dix autres personnes les arrêtent et une voiture arrive. Le conducteur serait alors descendu et aurait poignardé le rappeur à plusieurs reprises dans la poitrine.

L’assassin présumé, Georgios Roupakias, était payé par Aube Dorée pour organiser des ratonnades.


L’agresseur présumé a été appréhendé par la police, selon l’AFP. Il s’agirait de Georgios Roupakias. L’homme de 45 ans a reconnu appartenir au parti néonazi de l’Aube dorée (7% des suffrages aux dernières législatives). Il affirme avoir agi avec un motif politique. Il avait auparavant sommé sa femme de jeter sa carte du parti, retrouvée peu après par la police. Selon le site d’info Tvxs.gr, Roupakias était payé par Aube Doré pour organiser des ratonnades contre les immigrés. Le parti fasciste, connu pour ses attaques racistes – plusieurs de ses députés sont poursuivis pour violence – a d’abord démenti toute implication avant de finir par reconnaître que le meurtrier présumé était un de ses membres.

Banderole de soutien réalisée par l'Action Antifasciste de Pau.

Banderole de soutien réalisée par l’Action Antifasciste de Pau.

Suite à cet assassinat, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de villes telles qu’Athènes et Salonique. Dans la capitale, des renforts de polices ont lancé des gaz lacrymogènes sur les manifestants « afin de répliquer à des jets de pierre ». Dans ce climat social extrêmement tendu, Petros Constantinou, leader du parti anticapitaliste Antarsya, dénonçait peu avant sur la radio Skai la passivité des agents de police présents non loin des lieux de l’altercation. Cette passivité a été confirmée par un témoin de la scène, dont la version des faits a été relayée sur le site indépendant Okeanews. Selon d’autre témoins, l’agression ressemblait plus à une embuscade qu’à une rixe entre supporters.

À Paris, une manifestation en hommage à la mémoire de Killah P a eu lieu. Bilan : 38 militants ont été interpellés. Il semblerait qu’ils aient tenté d’aller dans un bar du XVème arrondissement fréquenté par des sympathisants et militants de Printemps français.

Sources : La Horde et Rue89.

Pour aller plus loin : Témoignage d’un ancien membre d’Aube Dorée

En Occitan:
A l’òra ont los fascistes son mei anar mei poderós e agressius en Grècia, un naveth assessinat politic qu’ei de mau recéber.
Killah P – o deu son nom civil Pavlos Fyssas – qu’èra un rapaire grec famós de 34 ans. Conegut peu son gran engatjeament antifasciste, qu’organisava concèrts contre lo fascisme, qu’èra implicat dens matuas activitats sociaus deu son barri que dediquè ua canson a un sòci grec tuat en 2008.
Dens la nuèit deu 17 au 18 de seteme – drin arron la partida de fotbòl qui avait oposat l’Olympiakos au PSG – Pavlos que’s passejava dab la soa amiga e un auta pareja dens lo barri popular deu Pirè a Atèna. Lo partit fasciste Aube Dorée qu’i a cuelhut nombrosas votz a las eleccions de junh 2012. Alavetz un grop de joens, vestits de quessòts negres e pantelons militaris (un vestit qui se sembla a l’uniforme d’Aube Dorée), que comença de l’agressa verbalament. Pavlos e los sons amics que s’i escaden a partir arron ua debuta de patacada. Mes a la crotzada de la carrèra, dètz autas personas que’us arèstan e ua autò qu’arriba. Lo conductor que seré alavetz debarat e auré traucat au cotèth lo rapaire mantuns còps a la peitrina.
L’assessin presumit, Georgios Roupakias, èra pagat per Auba Daurada per organizar ratonades.
L’agressor presumit qu’estó arrestat per la policia, segon l’AFP. Que seré lo Georgios Roupakias. L’òmi de 45 ans qu’a recongut aparténer au partit neonazi de l’Auba Daurada (7% deus sufrages a las darrèras eleccions legislativas). Qu’affirma aver agir dab un motiu politic.. Qu’avè demandat a la soa hemna de getar la soa carta de partit, arretrobada drin après per la policia. Segon lo siti d’infò Tvxs.gr, Roupakias qu’èra pagat per Auba Daurada per organizar ratonades contre los imigrats. Lo partit fasciste, famós per las soas atacas racistas– mantuns deus deputats que son perseguits per violéncia – qu’a purmèr negat tota implicacion abans d’acabar per reconéisher que lo tuaire presumit èra un deus sòcis deu partit.
Arron l’assessinat, milèrs de manifestants que son debarats dens las carrèras de vilas taus com Atèna e Salonica. Dens la capitala, renfòrts de policia qu’an lançat gaz lacrimogènes suus manifestants « entà respóner aus lançats de pèiras ». Dens aquèste climat sociau deus tenuts, Petros Constantinou, gavidaire deu parti anticapitaliste Antarsya, que denonciava drin abans sus la ràdio Skai la passivitat deus agents de policia presents au ras deus lòcs de l’altercacion. Aquesta passivitat qu’estó confirmada per un temoenh de l’ahar, la version d’aqueste temoenh qu’estó passat suu siti independent Okeanews. Segon d’autes temoenhs, l’agression que pareishèva a ua embuscada que non pas a ua peleja enter suportaires. A Paris un auròst en aumenatge a la memòria de Killah P qu’estó. Bilanç : 38 sòcis qu’estón interpelats. Que semblaré qu’ajan tentat d’anar dens un bar deu XVau arrondiçament corrut peus simpatisants e sòcis deu Printemps francés.