Deux antifascistes poignardés – Lyon

Vendredi 14 février 2014 vers 23:30, deux antifascistes lyonnais de 15 et 16 ans ont été poignardés par des militants d’extrême-droite. Transférés à l’hôpital le soir-même, l’état de l’un d’eux est préoccupant, bien que le pronostic vital ne soit pas engagé.

Depuis l’assassinat en juin 2013 de Clément Méric par des fascistes, ces derniers se livrés à plusieurs actes de violence que l’on pourrait tout aussi bien qualifier d’actes de guerre. Pour n’en citer que quelques uns, il y a eu l’attaque d’un concert clermontois à l’arme à feu, l’attaque d’une manifestation et d’un bar toulousain et les faits survenus vendredi à Lyon. Sans compter les menaces proférées ci et là, les actes de vandalisme… Bref, nous sommes face à une forte augmentation quantitative mais aussi qualitative des agressions fascistes. Notamment à l’encontre des militant-e-s antifascistes.

Ce n’est pas la justice de l’État qui nous protègera

La justice de l’État ne fait rien, quant à elle, pour nous protéger. En effet, ni les (courtes) incarcérations, ni les dissolutions de groupes fascistes ne changent la donne. Au contraire, c’est de pire en pire. De plus, l’extrême-droite ne fait pas qu’agresser des militants antifascistes: elle s’attaque à des immigrés, à des homosexuel-le-s et trans, elle s’allie à tous les fanatiques religieux qu’elle rencontre sur sa route… ce qui laisse présager qu’elle va étendre son champ d’action, faisant de plus en plus de victimes.

Le combat contre le fascisme et ses soutiens n’est donc pas simplement l’affaire des « antifas ». Cela concerne tout le monde. Car nous pouvons tou-te-s devenir la cible des fascistes et en payer le prix fort. La solution est de s’organiser dans les groupes antifascistes de notre ville ou de notre région, afin de construire ensemble une riposte et une défense populaire.

Publicités

Militants antifascistes détenus à Tours après l’apparition de tags contre la vene de Dieudonné – Tours, France

Quatre militants ont été arrêtés à Tours pour avoir fait des tags contre Dieudonné. Retour sur le rôle du fascisme et sur celui de l’État.

Quelques-uns des tags faits à Tours.

Quelques-uns des tags faits à Tours.

Vendredi 3 janvier à Tours, quatre militants antifascistes ont été placés en garde-à-vue. Ils sont accusés d’avoir réalisé des graffitis contre le spectacle de Dieudonné, devant avoir lieu le 10 janvier dans une salle de la ville (1). Deux d’entre eux ont été retenus toute la nuit et ont été libérés sans charge retenue. Les deux autres sont également restés en GAV une partie de la journée du samedi. Pour l’un d’eux, les charges retenues – ou non- contre lui ne sont pas encore connues. Quant à l’autre, il est inculpé pour avoir « sans autorisation préalable, tracé des inscriptions, signes ou dessins n’ayant entraînés qu’un dommage léger au préjudice de la Préfecture d’Indre-et-Loire et de Tours Evènements (Vinci et autres), lesdites dégradations ayant été commises sur une façade, un véhicule, une voie publique ou un mobilier urbain en l’espèce sur des murs et des vitres des bâtiments » et devra verser une amende de 500€. La Préfecture s’est constituée partie civile contre ce dernier.

Le fascisme sert la cause des oppresseurs

Soldats français faisant le geste de la "quenelle". Un signe utilisé par ces "anti-système" au discours puant les chambres à gaz (Soral, etc).

Soldats français faisant le geste de la « quenelle ». Un signe utilisé par ces « anti-système » au discours puant les chambres à gaz (Soral, etc).

L’AAF-Pau condamne ces arrestations. Bien que l’État tente de nous faire croire qu’il lutte contre le fasciste Dieudonné, il n’hésite pourtant pas à condamner des militants qui luttent réellement contre ce sinistre individu. Pire, il stigmatise Rroms, personnes d’origine maghrébine (sous couvert de lutte contre l’islam radical) et rafle les immigrés clandestins qu’il parque dans des centres de rétention. En effet, qu’il s’agisse des théories antisémites et complotistes de Dieudonné, de l’homophobie assumée de La Manif Pour Tous, ou encore de l’islamophobie de groupes tels que le Bloc Identitaire, toutes ces différentes formes, ces différentes couleurs de fascime ont un intérêt pour ceux qui sont aux commandes (2). Il n’est aucun complot judéo-maçonno-martien: c’est une classe qui dirige la production, l’État – qui est à son service – et donc la société. Cette classe s’appelle la bourgeoisie, et elle a besoin de semer la confusion et la division au sein des classes travailleuses afin de les empêcher de s’unir, de se révolter et de la renverser.

(1) D’autres tags également présents sur les lieux soutenaient la lutte de la ZAD à Notre Dame des Landes, celle de la guérilla Naxalite en Inde et celle de Georges Abdallah, prisonnier politique détenu à Lannemezan/Lanamesa. Un des tags sur Dieudonné disait: « Dieudo une balle, Soral une rafale ».
(2) « Il faut pour la bourgeoisie trouver le moyen de recréer, malgré l’existence du marxisme, les ténèbres dans les consciences (…). Et c’est ainsi que naît le racisme, dont tous les ‘mythes’ correspondent à un double but : combiner la force et la ruse, pour mettre dans la conscience des hommes des illusions qui les rendent soumis au capital et prêts à la guerre impérialiste. Ils se sont orientés vers l’idée de race. Par là doit se perdre la connaissance la plus importante, celle du rôle de l’économie. Par là doit se perdre la notion fondamentale de classe. Par là doit se perdre la connaissance que le marxisme a apportée aux travailleurs des lois de l’évolution de la société, la connaissance du moyen de sortir de la société capitaliste. » Georges Politzer, Révolution et contre-révolution au XXème siècle.

 

En Occitan:

Militants antifascistes detenuts a Tors après l’apparicion de tags contre la vienuda de Dieudonné – Tours, France Quate sòcis qu’estón arestats a Tours per aver hèit tags contre Dieudonné. Que tornam suu ròtle deu fascisme e suu de l’Estat.

Divés, lo 3 de genèr a Tours, quate militants antifascistes qu’estón plaçats en guarda-vista. Que son acusats d’aver realisats inscripcions contre l’espectacle de Dieudonné, qui ei adiat lo 10 de genèr hens ua sala de la vila (1). Dus d’enter eths qu’estón retienuts tota la nuèit e qu’estón liberats shens carga retienuda. Los dus autes que demorèn tanben en GAV ua partida deu dia deu dissabte. Tad un deus dus, las cargas retienudas – o non- contre eth ne son pas enqüèra coneishudas. Tà çò qui ei de l’aute, qu’ei inculpat per aver « shens autorisacion prealable, traçat inscripcions, signes o dessenhs qui n’ajan entrainat qu’un domatge leuger au prejudici de la Prefectura d’Indre-e-Leire e de Tors Eveniments (Vinci e autes), aquestas dégradacions qu’an estat comesas sus ua paret, ua autò, ua via publica o un mobilher urban en l’espècia sus parets e finèstras de bastiments » e deberà pagar ua esmenda de 500€. La Prefectura que s’ei constituida partida civiu contre aqueth darrèr.

Le fascisme que serveish la causa deus oppressors

L’AAF-Pau que condamna las arrestacions. A maugrat que l’Estat ensaja de’ns har créder que luta contra lo fasciste Dieudonné, ne trantalha pas de condemnar los militants qui lutan reaument contra aquera sinistra persona. Pire, qu’estigmatiza Roms, personas d’origina maghrebina (devath lo pretexte de lutar contre l’islam radicau) e qu’arrapa los immigrats clandestins que parca hens centres de retencion. En efèit, que s’ageish de teorias antisemitas e complotistas de Dieudonné, de l’omofobia assumida de La Manif Pour Tous, o enqüèra de l’islamofobia de gropes taus com lo Bloc Identitaire, tota saqueras diferentas fòrmas, aqueras diferentas colors deu fascime qu’an un interés taus qui son a las comandas (2). N’i a pas nada manigança judéo-maçonno-marcian: qu’ei ua classa qui gavida la produccion, l’Estat – qui ei au son servici – e donc la societat. Aquesta classa que s’apèra la borguesia, e qu’a besonh de semiar la confusion e la division au còr de las classas trabalhadoras entaus empachar de s’unir, de’s susmautar e de la desquilhar.

Antifascistes assassinés en Novembre – Monde

Voici une liste de militants de la lutte antifasciste qui ont été assassinés au mois de Novembre, ces dernières années. Il se peut qu’il manque des noms, aussi nous vous demandons d’avance de nous excuser. Cet article servira à alimenter un dossier qui sera mis en ligne (accessible depuis le menu).

SILVIO MEIER – 21 ANS APRÈS : L’ANTIFASCISME TOUJOURS D’ACTUALITÉ (ALLEMAGNE)

Silvio Meier

Silvio Meier

Silvio Meier, était membre de la gauche alternative et militant pro squat. Il a été assassiné par des néo-nazis le 21 novembre 1992 dans le métro berlinois de Samariterstraße après une altercation avec ces derniers. Deux de ses amis ont été blessé dans l’agression. Le caractère politique du meurtre est clair : un témoin rapporte que l’un des fascistes a crié « Maintenant nous avons fait tomber ces truies de gauchistes ». Le tribunal condamna Sandro S. (17 ans) à quatre ans et demi de prison pour avoir porté le coup mortel. Suite au décès de Silvio, une plaque commémorative a été placée dans la station de U-Bahn, des rues ont été renommé en son honneur et chaque année les antifascistes allemands organisent d’immenses manifestations.

TIMUR KACHARAVA – 8 ANS APRÈS : L’UNION FAIT LA FORCE (RUSSIE)

Timur Kacharava

Timur Kacharava

Timur Kacharava, étudiant en philosophie, était militant antifasciste et vegan. Il était membre du collectif Food not Bombs (récupération et distribution de nourriture vegan aux personnes dans le besoin), mais aussi des groupes anarchistes Sandinista et Distress. Le 13 novembre 2005, après une distribution pour Food not Bombs, il est suivi par une dizaine de néo-nazis qui le poignardent à cinq reprises. Bien que la justice essaie de faire croire que ce crime n’est pas politique, prétextant un affrontement enter hooligans, la famille de Timur assure que son meurtre est intimement lié à son militantisme. Selon eux, le groupe fasciste était organisé et préparé à commettre cet assassinat prémédité et politique.

CARLOS PALOMINO – 6 ANS APRES : LE COMBAT CONTINUE ! (CASTILLE)

Carlos Palomino

Carlos Palomino

Le militant antifasciste Carlos Palomino, âgé de 16 ans seulement, a été assassiné le 11 novembre 2007. Dans le métro de Madrid, des antifascistes rejoignaient une protestation face à une manifestation xénophobe. Organisée par le parti nazi « Democracia Nacional », elle était autorisée par les autorités locales. Josué Estébanez, âgé quant à lui de 23 ans, est un militaire d’extrême-droite. Il lui suffira d’un seul coup de poignard en plein cœur pour arracher la vie du jeune Carlos. Bien que le drame ait été filmé par les caméras du métro, les fascistes clament la légitime défense. Pourtant, Josué n’a pas essayé de fuir lorsque Carlos a seulement secoué son sweat. Il ne s’agit donc en aucun cas de légitime défense. Le procureur demanda 29 ans d’emprisonnement. Josué fut condamné à 26 : 19 ans pour l’assassinat de Carlos, et 7 ans pour la tentative d’assassinat sur le camarade qui tentait d’aider le militant. Le tribunal a reconnu que le meurtre du manifestant a été motivé par la haine idéologique. Josué Estébanez a pourtant essayé de contester l’aspect politique. Les raisons qui ont conforté la justice dans le crime politique sont : le look bonehead de l’agresseur, le « Sieg Heil » qu’il criait, le bras tendu (salut de la SS), le fait qu’il ait dit « sale racaille rouge, je vais tous vous tuer » et enfin les observations et les actions des groupes d’extrême-droite qui ont tenté de minimiser la responsabilité de l’agresseur. En plus de la peine de prison, il a dû verser 100 000€ pour la famille Palomino et 500€ à un autre antifasciste poignardé.

IVAN KHUTORSKOY – 4 ANS APRES : NI OUBLI, NI PARDON (RUSSIE)

Ivan Khutorskoy

Ivan Khutorskoy

Ivan Khutorskoy, surnommé Bonecrusher, était le leader du R.A.S.H. Russe, anarchiste et antifasciste connu et reconnu. C’était un membre efficace, sportif, qui faisait la sécurité pour des concerts et conférences antifascistes. La situation brutale et violente de la lutte en Russie ne lui faisait pas peur. Courageux et téméraire il ne reculait pas. Il ne s’est pas caché quand les fascistes ont essayé de l’effacer. Il a continué malgré l’attaque de plusieurs personnes qui lui ont balafré le visage avec des rasoirs ; malgré le coup de tournevis au cou ; malgré les heurts des battes de baseball ; malgré le poignard dans son estomac. Le 16 novembre 2009, alors qu’il rentrait chez lui, il reçu deux balles dans la nuque. Des sites néo-nazis avaient publiés son adresse. L’organisation nationaliste russe BORN revendique l’assassinat. Beaucoup se questionnent sur l’existence réelle de ce groupe. Pour certains, cela se cantonne à du virtuel. Nous n’avons trouvé aucune information faisant état d’une enquête de police.

Nous, militants antifascistes, n’oublierons jamais nos camarades assassinés par les fascistes. La justice bourgeoise ne pourra pas continuer à atténuer ou faire taire les motifs politiques de ces attaques. Nous ne flancherons pas face à la menace, nous continuerons le combat tant qu’il y aura un danger.

NI OUBLI NI PARDON ! RIPOSTE ANTIFASCISTE !

En Occitan :

Antifascistas assassinats en Noveme. Monde.

Vaqui ua lista de militants de la luta antifascista qu’eston assassinats en Noveme, aquèras darrèras annadas Que’s pòt que manca noms, pr’amor d’aquò que’vs demandam en avança de’ns desencusar. Aqueste article servirà tà alimentar un dossièr qui serà hicat sus la tela (atenhedis despuish lo menut).

SILVIO MEIER – 21 ANS PASSATS : L’antifascisme tostemps d’actualitat.
Silvio Meier qu’èra sòci de l’esquèrra alternativa e militant pro esquat. Qu’estó assassinat per deus neonazis lo 21 de noveme de 1992 dens lo metro berlinès de Samariterstraße aprés ua altercacion dab aquestes. Dus deus sons amics qu’eston blaçats dens l’agredida. Lo caractèr politic deu murtre qu’ei clar : un testimòni torna portar que`u deus fascistas a cridats « Adara qu’avem hèit càder aquèras trojas d’esquerristas ». Lo tribunau sentenciè Sandro S. (17 ans) a quate ans e mieja de preson per aver portat lo còp mortau. Arron deu decès de Silvio, ua taulamarme qu’estó placada dens l’estacion de U-Bahn, deus carrèras qu’eston tornar nomar per son aunor e los antifascistas alemands organizan manifestacions de las granas cada annada.

TIMUR KACHARAVA – 8 ANS PASSATS : l’union que da fòrça qu’en·horteish  (RUSSIA)
Timur Kacharava, estudiant en filosofia, qu’èra militant antifascista e vegan. Qu’èra membre deu collectiu Food not Bombs (recuperacion e distribucion de viòca vegan taus personas dens lo besonh), mes tamben deus grops anarquistas Sandinista e Distress. Lo 13 de noveme de 2005, aprés ua distribucion tà Food not Bombs, qu’ei seguit per ua detzena de neonazis que’u dagan cinc còps. Ja sia que justícia ensaja de har crèder qu’aquest crimi n’ei pas briga politic, pretextant un afrontament enter holigans, la familha de Timur assolida que son murtre qu’ei intimament ligat a son militantisme. Segon la familha, lo grop fascista qu’èra organizat e preparat a cométer aquest assassinat premeditat e politic.

CARLOS PALOMINO – 6 ANS PASSATS : Lo combat continú ! (CASTELHA)
Lo militant antifascista Carlos Palomino, atjat sonque de 16 ans , qu’estó assassinat lo 11 de noveme de 2007. Dens lo metro de Madrid, deus antifascistas qu’arrejónhèvan ua protestacion de cap a ua manifestacion xenofòbe. Organizada peu partit nazi « Democracia Nacional », qu’estó autorizada per las autoritats locaus. Josué Estébanez,per eth, atjat  de 23 ans, qu’ei un militar d’extrèma-dreta.Que’u sufirà d’un sol còp de daga au còr per darrigar la vita deu joen Carlos.Ja que lo drama qu’estó filmat per las cameras deu metro, los fascistas que claman la legitima defensa. totun, Josué n’a pas ensajat de huéguer quan Carlos qu’a sonque segotit la soa sudadera. Ne s’ageish pas alavetz de legitima defensa. Lo procuraire demandava 29 ans d’empresonament. Josué qu’estó condamnat a 26 ans : 19 ans per l’assassinat de Carlos, e 7 ans per la temptativa d’assassinat suu camarada qui temptava d’ajudar lo militant. Lo tribunau qu’a reconeishut que’u murtre deu manifestant qu’estó motivat per l’òdi ideologic. Josué Estébanez qu’a totun ensajat de contestar l’aspècte politic. Las rasons qui an confortat la justícia dens lo crimi politic que son : l’aspècte bonehead de l’agressor, lo « Sieg Heil » qu’ac cridava, lo braç tenut (salut de la SS), lo heit qu’aveva ditz « racalhassa roia, que  vau tot vs tuar » e fin finau las observacions e las accions deus grops d’extrèma-dreta qui avevan temptat de minimizar la responsabilitat de l’agressor.En mei de la pena de preson, Qu’a devut barrejar 100 000€ tà la familha Palomino e 500€ tà un aute antifasciste dagat.

IVAN KHUTORSKOY – 4 ANS PASSATS : NI DESBREMB, NI PERDON (RUSSIA)
Ivan Khutorskoy, chafrat Bonecrusher, qu’estó lo capdau deu R.A.S.H. Russia, anarquiste e antifascista conegut et reconeishut. Qu’estó un sòci eficaç, esportiu, qui hasó la seguritat per deus concèrts e conferéncias antifascistas. N’aveva pas paur de la situacion brutassa e violenta de la luta en Russia. Coratjós e temerari ne reculava pas. Ne s’ei pas amagat quan los fascistas qu’an ensajat de l’esfaçar. Qu’a continuat maugrat l’ataca de mei d’ua persona qui avevan escoterada la soa cara dab rasèrs ; maugrat lo còp de viravitz tau còth ; maugrat los tusts deus bateders de baseball ; maugrat la daga dens lo son estomac. Lo 16 de noveme de 2009, alavetz qu’entrava en çò eth,qu’a recebut duas balas dens l’arrèrcòth. Deus sitis neonazis qu’avevan publicats la soa adreça. L’organisacion nationalista russa BORN reïvindica l’assassinat.Fòrça se questionan sus l’existéncia vertadèra d’aqueste grop. Per daubuns, aquò limita’s tau virtuau. N’avèm pas briga trobat informacion sus un estat d’ua enquèsta de polícia.

Nosautes , militants antifascistas, ne desbrembèm jamei camaradas nostes assassinats peus fascistas. La justícia borgesa ne poderà pas continuar d’atenuar on har carar los motius politics d’aqueras atacas. Ne flaquirèm pas cap a la miaça, que continuarèm lo combat tant qu’i aurà dangèr.

NI DESBREMB NI PERDON ! RIPÒSTA ANTIFASCISTA !