Communiqué politique suite à l’agression policière dans le quartier du Hédas – Pau, Occitània

Français, Occitan, Castellano.


COMMUNIQUÉ POLITIQUE

SUITE À L’AGRESSION POLICIÈRE

DANS LE QUARTIER DU HÉDAS

(21 JUIN 2014)

 

Hesta de la musica 2014 - pendant les concerts

Pendant les concerts à la Tor deu Borrèu.

Local associatif autogéré (sans subventions) et lieu de métissage culturel et générationnel, la Tor deu Borrèu, depuis 22 ans, s’implique dans la vie culturelle, sociale et associative du quartier du Hédas, à Pau. Nous participons notamment à la vie du quartier avec le Méliès, la Maison des Femmes, à la diffusion de films, des repas populaires, des cantèras (chants béarnais), des danses béarnaises, des soirées traditionnelles, cours d’Occitan (béarnais), soirées de soutien, aide aux sans papiers, grillades et débats pendant les mouvements sociaux, jeux occitans. Nous avons également pris part aux travaux de rénovation du quartier. Bref, nous sommes un lieu qui a toujours su établir le lien entre la lutte politique et la culture populaire.

Hesta de la musica 2014 - arrivée des flics

La police commence à encercler le Hédas.

Le 21 juin au soir, des concerts variés, à l’image de l’association et accessibles à tous publics, avec une programmation réfléchie et respectueuse de la tranquillité du voisinage, avaient lieu à la Tor deu Borrèu dans le cadre de la fête de la musique (slam / poésie, rock, jazz manouche, funk). Cet événement avait pour but de faire vivre notre quartier. Alors que le dernier groupe finissait de jouer, les forces de police font irruption sur le fronton et, sans la moindre sommation, commencent à porter atteinte au matériel des groupes, tentant ainsi de stopper la musique. Avant même que le public ne réagisse, des jets de bombe lacrymogène partent et les coups pleuvent. Les personnes présentes, surprises et choquées, se défendent alors face à cette agression. Ce fut là l’occasion d’un déchaînement de violence de la part des différents corps de police présents (Police Municipale, Police Nationale, CRS et BAC), qui ont tiré au flashball, blessant passantEs et spectateurs/trices, et ont lancé des dizaines de grenades lacrymogènes dans tout le quartier. Dans cette attaque policière, plusieurs personnes (au moins 4) ont été interpellées alors que leur seul crime était de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Alors que certaines personnes tentaient de dialoguer avec la police, ces dernières se sont retrouvées rouées de coups par les agents, qui semblaient agir de leur propre chef, sans aucune autorité hiérarchique et avec une rage exacerbée. Rapidement, le Hédas baigne dans un nuage de gaz lacrymogène, réveillant et incommodant ainsi le voisinnage et mettant en grave danger la santé d’une enfant de 3 ans, asmathique, et qui dormait la fenêtre ouverte. L’enfant se trouve encore – au moment où nous rédigeons ce communiqué – à l’hôpital. Selon les témoignages de nombreuses personnes présentes sur les lieux, le Hédas était en réalité encerclé par plus d’une dizaine de fourgons de police depuis 1h du matin. S’agissait-il donc d’un acte prémédité ? Alors que nous collections les témoignages le lendemain des événements, de nombreuses patrouilles de police passaient devant la Tor deu Borrèu.

Hesta de la musica 2014 - les flics entrent dans le quartier

La police assiège le quartier.

Depuis 22 ans aussi, la Tor deu Borrèu subit les provocations policières, les attaques démesurées et la volonté claire et affirmée de l’administration de fermer notre lieu de lutte et de culture. Arrestations, convocations au tribunal font aussi partie du déchaînement répressif auquel nous devons trop souvent faire face. Contre cela, nous avons toujours sû mobiliser nos militantEs ainsi que notre entourage, afin de faire respecter notre simple droit démocratique à exister. Il faut dire aussi que notre local associatif dérange l’Etat. En effet, nous avons toujours porté les revendications internationalistes, du droit à l’autodétermination pour tous les peuples et fédérons de nombreux courants progressistes (de gauches), en tant que militantEs occitanistes. Dans une société où l’on nous pousse à toujours plus d’individualisme et d’égoïsme, nous nageons à contre-courant afin de faire (re)naître une solidarité entre les personnes. Cela serait-il si dangereux, justifiant alors la répression à laquelle nous avons dû faire face, notamment dans la nuit du 21 juin 2014 ?

La fumée des gaz lacrymogènes se propage dans le Hédas.

La fumée des gaz lacrymogènes se propage dans le Hédas.

Suite à cette agression policière, notre but sera, dans les prochains jours, de faire connaître les faits survenus dans notre quartier. Dans ce cadre, nous lançons un appel aux témoignages, qu’ils soient oraux, photo et vidéo. Vous pouvez nous joindre à l’adresse libertat.bearn@gmail.com. Nous appelons également les organisations, qu’elles soient politiques, syndicales, culturelles ou associatives, mais aussi les individus à nous soutenir après l’attaque que nous avons subit, et à se tenir prêts à y apporter la réponse adéquate. Pour cela, les organisations et associations peuvent co-signer ce communiqué en nous contactant à l’adresse mentionnée ci-dessus. Les individus peuvent quant à eux/elles nous envoyer un e-mail afin d’être tenuEs au courant.

Volem viver, hestejar e decidir au Hédas !

Non aux agressions policières, vive le Hédas populaire !

Auteurs : Libertat !, Accion Antifascista – Pau.

Cosignataires : Organisation Communiste Futur Rouge (OC FR), CNT AIT Pau, Solidaires Etudiant-e-s Pau.

Ailleurs dans la presse : Lo Jornalet (en Occitan) (fiable), Sud Ouest (assez fiable), La République des Pyrénées (très peu fiable), France 3 Aquitaine (pas fiable du tout)*, Le Parisien (pas fiable du tout), BFM TV (pas fiable du tout).
* Le lien risque de ne plus fonctionner à cause du changement des contenus du site.

Le fronton du Hédas, à la fin des affrontements. Le matériel de la Tor deu Borrèu a été détruit par l'agression policière.

Le fronton du Hédas, à la fin des affrontements. Le matériel de la Tor deu Borrèu a été détruit par l’agression policière.


COMUNICAT POLITIC

ARRON L’AGRESSION POLICIERA

DENS LO BARRI DEU HEDAS

(21 DE JUNH DE 2014)

 

Locau associatiu autogerat (shens subvencions) e lòc de mesclanha culturau e generacionau, la Tor deu Borrèu, despuish 22 ans, que s’implica dens la vita culturau, sociau e associativa deu barri deu Hédas, a Pau. Que participam notadament a la vita deu barri dab lo Méliès, la Maison de las Hemnas, a la diffusion de films, repaishs populars, cantèras (chants béarnais), danças biarnesas, seradas tradicionaus, cors d’Occitan (bearnés), seradas de sostien, ajuda aus shens papèrs, grasilhadas e debats pendent los moviments sociaus, jòcs occitans. Qu’avem egaument participat au plan de renovacion deu barri. Qu’èm un lòc qui a tostemps sabut establir un ligam enter la luta politica e la cultura populara.

Lo 21 de junh au ser, concèrts divers, a l’imatge de l’associacion e accessibles a tots los publics dab ua programmacion soscada e respectuosa de la tranquillitat deu vesinatge, que’s debanavan a la Tor deu Borrèu dens l’encastre de la hèsta de la musica (slam / poesia, rock, jazz manouche, funk). Aqueth eveniment qu’avè per objectiu de har viver lo noste barri. Mentre que lo darrèr grop èra a acabar de tocar, las fòrças de policia qu’an hèit irrupcion suu fronton e, shens la mendre sommacion, an començat de portar attenta au materiau deus grops, ensajan atau d’estancar la musica. Abans que lo quite public ne posca agir, gets de bombas lacrimogènas que son partits e patacs qu’an plavut. Las personas presentas, suspresas e chocadas, se son defenudas contra aquera agression. Qu’estó lo parat d’un eslit de violéncia de la part deus diferents còs de policia presents (Police Municipale, Police Nationale, CRS et BAC), qui an tirat au flashball, alebant passejaires espectators/triças, e an lançat detzenats de granadas lacrimogènes dens tot lo barri. Dens aquera ataca policièra, mantuas personas (au mensh 4) qu’estn interpeladas mentre que lo lor sol crimi èra de’s trobar au maishant endret au maishant moment. Quauquas personas qu’an ensajat de devisar dab la policia mes aquestas qu’estón conhits de patacs peus agents qui semblavan agir deu or cap pròpi shens nada autoritat ierarchica e dab ua ratja exacerbad. Còp sec, lo Hédas que banhè dens un crum de gas lacrimogènes, desvelhant e incomodant atau lo vesiatge e hicant en danger la santat d’un mainat de 3 ans, asmatic, e qui dromiva la frinesta obèrta. Lo mainat que’s tròba enqüèra – au moment on escribim aqueth comunicat – a l’espitau. Segon los temoenhs numerosas personas èran presentas suu lòc. Lo Hédas qu’èra en realitat encerclat per mei d’un detzenat de camions de policia despuish 1ò deu matin. Era donc un acte premeditat ? Quan colectèm testimonis lo lendoman deus eveniments, patrolhas de policia que passavan dabant la Tor deu Borrèu.

Despuish 22 ans tanben, la Tor deu Borrèu que pateish de las provocacions policièras, las atacas desmesuradas e la volontat clara afirmida de l’administracion de barrar lo noste lòc de luta e de cultura. Arrestacions, convocacions au tribunal que hèn tanben partida deu descadenament repressiu auquau debem tròp sovent har cap. Contra aquò, qu’avem sabut mobilisar los nostes sòcis autant com lo noste entoratge, entà har arrespectar lo noste dret simple e democratic a existir. Que cau díser tanben que lo noste locau associatiu que hè empach a l’Estat. En efèit, qu’avem tostemps portat las revendicacions internationalistas deu dret a l’autodeterminacion entà tots los pòples e que federam mantuns corents d’esquèrra progressistas en tant que militant(a)s occitanistas. Dens ua societat dens laquau e’ns possan a mei d’individualisme e d’egoïsme, que vam a contra-vent entà har vàder ua solidaritat enter las personas. E aquò seré tant dangerós, justificant alavetz la repression a laquau avem devut tiéner cap, notadament dens la nuèit deu 21 de junh de 2014 ?

En seguir aquesta agression lo noste objectiu que serà, dens los dias qui viénen, de har conéisher los hèits susvienuts dens lo barri. Dens aqueth encastre, que lançam un aperet aus testimònis, que sian oraus o escriuts, en fòto o videò. Que’ns podetz juntar a l’adreça libertat.bearn@gmail.com. Qu’aperam tanben las organisacions, que sian politicas, syndicaus, culturaus ou associativas, mes tanben las personas a’ns sostiéner arron l’ataca de qui patim lo 21 e a’s tiéner prest d’i portar la responsa qui cau. Entad açò, las organisacions e associacions que pòden co-signar aqueth comunicat en contactà’ns a l’adressa mencionada aquiu. Las personas eras que’ns pòden enviar un corric entà demorar assabentadas.

Volem viver, hestejar e decidir au Hédas !

Nani a las agressions policièras, visca lo Hedàs popular !

Autors : Libertat !, Accion Antifascista – Pau.

Co-signataris : Organisation Communiste Futur Rouge (OC FR), CNT AIT Pau, Solidaires Etudiant-e-s Pau.

 


COMUNICADO POLÍTICO

DESPUES DE LA AGRESIÓN POLICIAL

EN EL BARRIO DEL HÉDAS

(21 DE JUNIO 2014)

 

Local asociativo autogestionado (sin subvenciones) y lugar de mestizaje cultural y generacional, la Tor deu Borrèu, desde hace 22 años, se implica en la vida cultural, social y asociativa del barrio del Hédas, en Pau. Participamos especialmente a la vida del barrio con el Méliès (cine), la Casa de las Mujeres, a la difusion de pelicilas, comidas populares, cantèras (cantos de Bearn), bailes de Bearn, fiestas tradicionales, cursos de Occitan (bearnes), fiestas de apoyo, ayuda a los inmigrantes sin documentacion, comidas y debates en los movimientos sociales, juegos occitanos. Hemos tambien tomado parte a las obras de renovación del barrio. Somos un lugar que siempre ha establecido un enlace entre la lucha politica y la cultura popular.

El 21 de junio en la noche, habian conciertos varios (slam / poesia, rock, jazz manouche, funk), a la imagen de la asociación y accesibles a todo tipo de público, con una programación bien pensada y respetuosa de la tranquilidad de l@s vecin@s, en la Tor deu Borrèu, como parte de la Fiesta de la Música (fiesta creada por el P.S., que se ha convertido hoy en dia en una fiesta popular). Dicho evento tenia como objetivo hacer vivir a nuestro barrio. Mientras el último grupo estaba acabando su concierto, las fuerzas de policía llegaron en el frontoi / frontón y, sin avisar, empezaron a desenchufar el material de los grupos, intentando asi parar la música. Antes de que el público reaccione, nos rociaron con gas lacrimógeno y los golpearon con sus porras. La gente presente, sorprendida y en estado de shock se defendió ante dicha agresión. Fue entonces un desencadenamiento de violencia por parte de los diferentes cuerpos de policía presentes (munipas, nacionales, anti-disturbios y « Brigada Anti Criminalidad” [cow-boys urbanos]) que dispararon pelotas de goma, hiriendo a vari@s peatones/as y espectadores/as y lanzaron decenas de granadas de gas lacrimógeno en todo el barrio. En dicha agresión policial, cuatro personas fueron detenidas mientras que su único crimen era estar allí a ese momento [estan todos condenados, dos de ellos a 15 años de cárcel]. Mientras unas personas intentaban dialogar con la policia, estas ultimas recibieron muchas palizas por parte de los agentes, quienes parecian actuar con voluntad propia, sin ninguna autoridad jerárquica y con mucha rabia. Rápidamente, el Hédas estaba lleno de gas lacrimógeno, lo que derpertaba e incomodaba así a l@s vecin@s y puso en peligro la salud de una niña de 3 años, asmática, quien dormía con la ventana abierta. Dicha niña aún queda – mientras estamos escribiendo ese comunicado – en el hospital [ha salido el día siguiente con problemas a los pulmones]. Según los testimonios de numerosas personas presentes, el Hédas estaba rodeado con más de una decena de furgonetas de policía desde la 1 de la noche. Entonces, era un ataque premeditado e intencional ? Mientras estabamos recolectando los testimonios el día despues de dicha agresión, numerosas patrullas de policía pasaban delante de la Tor deu Borrèu.

Desde hace 22 años tambien, la Tor deu Borrèu sufre las provocaciones policiales, los ataques demesurados y la clara y afirmada voluntad por parte de las autoridades de cerrar nuestro lugar de lucha y de cultura. Detenciones, convocatorias al tribunal son también parte del desencadenamiento represivo al cual debemos enfrentarnos. Contra esto, siempre hemos conseguido con mobilizar a nuestr@s militantes y nuestro entorno, para hacer respetar nuestro derecho democrático a existir. También tenemos que decir que nuestro local asociativo molesta al estado. En efecto, siempre hemos llevado las reivindicaciónes internacionalistas, del derecho a la autodeterminación para todos los pueblos y federamos numerosos corrientes progresistas (de izquierdas), como militantes occitanistas. En una sociedad en la que intentan hacernos cada vez más individualistas y egoístas, nadamos a contra-corriente para que (re)nazca una solidaridad entre las personas. Esto sería tan peligroso, justificando entonces la represión a la cual debemos enfrentarnos, especialmente en la noche de 21 de juin 2014 ?

Despues de dicha agresión policial, nuestro objetivo sera, en los proximos días, dar a conocer los hechos ocurridos en nuestro barrio. Para esto, lanzamos un llamamiento a los testimonios, orales, fotos y vídeos. Podeis entrar en contacto con nosotros mandando un correo a libertat.bearn@gmail.com. Llamamos también las organizaciónes, sean políticas, sindicales, culturales o asociativas, y l@s individu@s a apoyarnos despues del ataque que hemos sufirdo, y a quedarse dispuest@s y llevar a cabo la respuesta adecuada. Para esto, las organizaciones y asociaciones pueden firmar este comunicado, contactandonos con la direccion de correo electrónico mencionada aquí. L@s individu@s pueden mandarnos un correo electrónico para que l@s informemos de lo que va a pasar.

Volem viver, hestejar e decidir au Hédas !

No a las agresiónes policiales, viva el Hédas popular !

Autores : Libertat !, Accion Antifascista – Pau.

Cofirmantes : Organisation Communiste Futur Rouge (OC FR), CNT AIT Pau, Solidaires Etudiant-e-s Pau.

 

Publicités

Sur l’action du GADI – Pau e Tarba, Occitània

Entre décembre 2013 et février 2014, trois attentats ont eu lieu entre Pau et Tarba*. Tous trois ont été revendiqués par le Groupe Action Directe International (GADI).

Prison de Tarbes, 25 décembre 2013.

Prison de Tarbes, 25 décembre 2013.

Le 25 décembre 2013, un engin incendiaire prend feu devant la Maison d’arrêt de Tarba*. Deux jours plus tard, c’est au tour de la Caserne du 35ème RAP, dans cette même ville. Le 4 février 2014, ces deux attentats sont revendiqués par le GADI. Quelques jours plus tard, c’est au tour de l’Église de la science chrétienne de Pau d’être victime d’un attentat, lui aussi revendiqué par le GADI le 8 février.

Une phase offensive dans la lutte antifasciste

Caserne du 35ème RAP de Tarbes, 27 décembre 2013.

Caserne du 35ème RAP de Tarbes, 27 décembre 2013.

Dans son premier communiqué, le GADI affirme que les deux attentats de Tarba ont été réalisées « en solidarité et à l’appel international des 5 anarchistes de Barcelone. » Il est aussi fait mention de l’assassinat de Clément Méric par des fascistes (5 juin 2013) et de l’augmentation des agressions fascistes dans l’État français. Le communiqué ayant suivi l’attentat du 8 février à Pau rappelle que « du début des années 1990 à aujourd’hui, près d’une centaine de personnes ont été assassinés par des groupes fascistes ». Le GADI fait alors de nouveau allusion à l’assassinat de Clément Méric. On peut considérer l’action du GADI comme le passage à une phase offensive de la lutte antifasciste. Cette phase viserait à nous défendre contre les fascistes qui, quant à eux, n’hésitent plus à employer la violence, souvent physique.

Procès d’un « militant anarchiste entré en résistance »

Église de la science chrétienne de Pau, 8 février 2014.

Église de la science chrétienne de Pau, 8 février 2014.

Le 14 février, on apprend dans la presse que deux personnes ont été interpellées dans le cadre de l’enquête sur ces attentats. Le 18 février, lendemain de l’audience au Tribunal de Tarba, il s’avère que l’un des deux hommes – Damien Camelio –  a été jugé pour ces attentats et condamné à deux ans de prison. Ce dernier assume la responsabilité des attentats. « Il est là le vrai terrorisme: quand des familles sont jetées à la rue, quand des parents ne peuvent plus nourrir leurs enfants, quand la dignité humaine est piétinée. Regardez votre terrorisme dans les yeux avant de juger le mien » déclarera le prévenu. Il se définit comme « un militant anarchiste entré en résistance. » Quant à sa culpabilité, il annonce au tribunal: « je ne suis pas innocent, au propre comme au figuré. Ni coupable tant que vous ne reconnaîtrez pas la culpabilité des vrais oppresseurs terroristes. »

Prise de position de l’AAF – Pau

L’AAF – Pau se voit obligée d’exprimer son opinion face à ces évènements. En effet, ceux-ci ayant eu lieu dans notre « zone d’action », il serait difficile de choisir l’option de la fuite. Nous refusons de condamner ces actes. Cependant, nous nous devons de préciser que ces derniers diffèrent des méthodes que nous avons choisi d’utiliser afin de mener la lutte antifasciste. En effet, notre mode d’action se limite à l’information sur les idées véhiculées par le fascisme et à l’annihilation de la propagande fasciste à Pau et en Béarn.

* Tarbes, en français.

Sources:
La Dépêche: ici, et .
Sud Ouest: ici.
Contra Info: ici, et . (Site auquel les communiqués du GADI ont été envoyés.)
AAA 12: ici, , et . (Apparemment il y a quelques soucis pour accéder au site.)

Militants antifascistes détenus à Tours après l’apparition de tags contre la vene de Dieudonné – Tours, France

Quatre militants ont été arrêtés à Tours pour avoir fait des tags contre Dieudonné. Retour sur le rôle du fascisme et sur celui de l’État.

Quelques-uns des tags faits à Tours.

Quelques-uns des tags faits à Tours.

Vendredi 3 janvier à Tours, quatre militants antifascistes ont été placés en garde-à-vue. Ils sont accusés d’avoir réalisé des graffitis contre le spectacle de Dieudonné, devant avoir lieu le 10 janvier dans une salle de la ville (1). Deux d’entre eux ont été retenus toute la nuit et ont été libérés sans charge retenue. Les deux autres sont également restés en GAV une partie de la journée du samedi. Pour l’un d’eux, les charges retenues – ou non- contre lui ne sont pas encore connues. Quant à l’autre, il est inculpé pour avoir « sans autorisation préalable, tracé des inscriptions, signes ou dessins n’ayant entraînés qu’un dommage léger au préjudice de la Préfecture d’Indre-et-Loire et de Tours Evènements (Vinci et autres), lesdites dégradations ayant été commises sur une façade, un véhicule, une voie publique ou un mobilier urbain en l’espèce sur des murs et des vitres des bâtiments » et devra verser une amende de 500€. La Préfecture s’est constituée partie civile contre ce dernier.

Le fascisme sert la cause des oppresseurs

Soldats français faisant le geste de la "quenelle". Un signe utilisé par ces "anti-système" au discours puant les chambres à gaz (Soral, etc).

Soldats français faisant le geste de la « quenelle ». Un signe utilisé par ces « anti-système » au discours puant les chambres à gaz (Soral, etc).

L’AAF-Pau condamne ces arrestations. Bien que l’État tente de nous faire croire qu’il lutte contre le fasciste Dieudonné, il n’hésite pourtant pas à condamner des militants qui luttent réellement contre ce sinistre individu. Pire, il stigmatise Rroms, personnes d’origine maghrébine (sous couvert de lutte contre l’islam radical) et rafle les immigrés clandestins qu’il parque dans des centres de rétention. En effet, qu’il s’agisse des théories antisémites et complotistes de Dieudonné, de l’homophobie assumée de La Manif Pour Tous, ou encore de l’islamophobie de groupes tels que le Bloc Identitaire, toutes ces différentes formes, ces différentes couleurs de fascime ont un intérêt pour ceux qui sont aux commandes (2). Il n’est aucun complot judéo-maçonno-martien: c’est une classe qui dirige la production, l’État – qui est à son service – et donc la société. Cette classe s’appelle la bourgeoisie, et elle a besoin de semer la confusion et la division au sein des classes travailleuses afin de les empêcher de s’unir, de se révolter et de la renverser.

(1) D’autres tags également présents sur les lieux soutenaient la lutte de la ZAD à Notre Dame des Landes, celle de la guérilla Naxalite en Inde et celle de Georges Abdallah, prisonnier politique détenu à Lannemezan/Lanamesa. Un des tags sur Dieudonné disait: « Dieudo une balle, Soral une rafale ».
(2) « Il faut pour la bourgeoisie trouver le moyen de recréer, malgré l’existence du marxisme, les ténèbres dans les consciences (…). Et c’est ainsi que naît le racisme, dont tous les ‘mythes’ correspondent à un double but : combiner la force et la ruse, pour mettre dans la conscience des hommes des illusions qui les rendent soumis au capital et prêts à la guerre impérialiste. Ils se sont orientés vers l’idée de race. Par là doit se perdre la connaissance la plus importante, celle du rôle de l’économie. Par là doit se perdre la notion fondamentale de classe. Par là doit se perdre la connaissance que le marxisme a apportée aux travailleurs des lois de l’évolution de la société, la connaissance du moyen de sortir de la société capitaliste. » Georges Politzer, Révolution et contre-révolution au XXème siècle.

 

En Occitan:

Militants antifascistes detenuts a Tors après l’apparicion de tags contre la vienuda de Dieudonné – Tours, France Quate sòcis qu’estón arestats a Tours per aver hèit tags contre Dieudonné. Que tornam suu ròtle deu fascisme e suu de l’Estat.

Divés, lo 3 de genèr a Tours, quate militants antifascistes qu’estón plaçats en guarda-vista. Que son acusats d’aver realisats inscripcions contre l’espectacle de Dieudonné, qui ei adiat lo 10 de genèr hens ua sala de la vila (1). Dus d’enter eths qu’estón retienuts tota la nuèit e qu’estón liberats shens carga retienuda. Los dus autes que demorèn tanben en GAV ua partida deu dia deu dissabte. Tad un deus dus, las cargas retienudas – o non- contre eth ne son pas enqüèra coneishudas. Tà çò qui ei de l’aute, qu’ei inculpat per aver « shens autorisacion prealable, traçat inscripcions, signes o dessenhs qui n’ajan entrainat qu’un domatge leuger au prejudici de la Prefectura d’Indre-e-Leire e de Tors Eveniments (Vinci e autes), aquestas dégradacions qu’an estat comesas sus ua paret, ua autò, ua via publica o un mobilher urban en l’espècia sus parets e finèstras de bastiments » e deberà pagar ua esmenda de 500€. La Prefectura que s’ei constituida partida civiu contre aqueth darrèr.

Le fascisme que serveish la causa deus oppressors

L’AAF-Pau que condamna las arrestacions. A maugrat que l’Estat ensaja de’ns har créder que luta contra lo fasciste Dieudonné, ne trantalha pas de condemnar los militants qui lutan reaument contra aquera sinistra persona. Pire, qu’estigmatiza Roms, personas d’origina maghrebina (devath lo pretexte de lutar contre l’islam radicau) e qu’arrapa los immigrats clandestins que parca hens centres de retencion. En efèit, que s’ageish de teorias antisemitas e complotistas de Dieudonné, de l’omofobia assumida de La Manif Pour Tous, o enqüèra de l’islamofobia de gropes taus com lo Bloc Identitaire, tota saqueras diferentas fòrmas, aqueras diferentas colors deu fascime qu’an un interés taus qui son a las comandas (2). N’i a pas nada manigança judéo-maçonno-marcian: qu’ei ua classa qui gavida la produccion, l’Estat – qui ei au son servici – e donc la societat. Aquesta classa que s’apèra la borguesia, e qu’a besonh de semiar la confusion e la division au còr de las classas trabalhadoras entaus empachar de s’unir, de’s susmautar e de la desquilhar.

Arrestations après l’occupation du PS en solidarité avec Georges Abdallah – Pau, Occitània

Occupation du siège du PS palois par les militants.

Occupation du siège du PS palois par les militants.

Le 24 Octobre, une dizaine de militants de l’AAF-Pau, Libertat, Futur Rouge et Parti de Gauche nous sommes enchaînés au local du PS. Notre but: protester contre la politique d’exception menée par l’État français à l’encontre de  Georges Ibrahim Abdallah. En effet, notre camarade est retenu prisonnier depuis 1984 et libérable depuis 1999. Après une demie heure d’occupation, la Police Nationale est venue nous prendre en photo, nous empêchant de faire de même. Elle a ensuite contrôlé nos identités puis nous a arrêtés dans le but d’effectuer une vérification d’identité. Deux heures et demie plus tard, nous sortions enfin du commissariat de Pau.

À deux jours de la manifestation de Lannemezan/Lanamesa, ces arrestations montrent le refus total de la part du gouvernement PS de libérer notre camarade Georges, qui entrait ce jour-là dans sa trentième année d’incarcération.

Pour plus d’infos sur Georges Abdallah : Libérons Georges

Autres articles sur le sujet : Libertat, Futur Rouge, La République des Pyrénées, Bella Ciao.Georges Abdallah bandeau 30 ans 3

En Occitan:

Lo 24 d’ octobre, ua detzena sòcis de l’AAF-Pau, de Libertat, de Futur Roi e deu Partit d’Esquèrra que’s son encadenats au locau deu PS. Lo noste objectiu: protestar contre la politica d’exepcion miada per l’estat francés a l’encontre de Goerges Ibrahim Abdallah. De hèit, lo noste camarade qu’ei retiengut presoer despuish 1984 e liberable despuish 1999. Arron mieja òra d’occupacion, la Polici Nationau qu’ei vienuda prenè’ns en fòto,empachà’ns de har parier. Puish qu’a contrarotlada las nostas identitats e enfin que’ns a arestats dens lo but de realizar ua verificacion d’identitat. Dus òras e mieja mei tard, que sortim totun deu comissariat de Pau.

A dus dias de la manifestacion de Lanamesa, aquestas arrestacions que muishan l’ arrefús totau de la part deu govèrn PS de liberar lo noste camarade Georges, qui entrava aqueste dia dens la soa trenta-e-uau annada d’incarceracion.