Lucie, violée par un fasciste

Lucie est une militante antifasciste. Elle lutte par conviction, elle lutte par nécessité. En août 2013, Lucie a été violée par un opposant politique. Un fasciste. Un acte certes profondément choquant pour ses camarades, mais profondément douloureux et destructeur pour elle. Elle a choisit de continuer à se battre parce que son viol n’est pas un acte isolé. Elle a choisit de faire de son cas particulier une lutte générale contre le sexisme.

Cette lutte passe par la dénonciation de l’idéologie patriarcale qui règne encore actuellement dans l’État français. La peur des représailles, du jugement, la loi du silence implicite qui régit nos rapports sociaux, beaucoup de choses permettent aux violeurs de s’en tirer. La culture du viol qui sévit aujourd’hui dans nos sociétés contribue à leur permettre de violer, de violer à nouveau.

Ce viol, ainsi que tous les autres, est un crime profondément fasciste parce qu’il est un acte de domination ayant pour but d’affaiblir son adversaire, de le/la maintenir dans son statut d’oppressé-e. Les viols perpétrés contre les femmes sont autant d’armes contre la lutte féministe et anti-sexiste. Ils sont les promoteurs de ce silence imposé, de ce refus d’écouter nos voix. Utiliser le viol pour empêcher les gens de défendre leurs droits, c’est choisir de conforter ce climat d’inégalité qui nous dérange. Utiliser l’excuse des opinions politiques, c’est reconnaître qu’en plus d’être un crime sexiste, violer est un crime fasciste.

Face à la multiplication des agressions fascistes, l’assassinat de Clément parce qu’il était antifasciste, l’agression de Leïla parce qu’elle était musulmane, l’assassinat de Rémi parce qu’il défendait une ZAD, face à toutes ces attaques qui se reproduisent jour après jour, qui sont invisibilisées, décrédibilisées, ne pas prendre position, c’est prendre la position de l’oppresseur.

Aujourd’hui, à l’heure où Lucie a de nouveau été agressée par ce garde-fou du patriarcat, nous choisissons de lever nos voix et de les joindre à la sienne. Parce qu’il faut que cela cesse. Parce que chaque nouvelle offense ne nous empêche pas de lutter mais nous rend chaque jour plus en colère, plus haineu-x-ses et plus motivé-e-s à détruire la menace fasciste.

C’est uni-e-s dans cette lutte que les antifascistes pourront détruire les relents patriarcaux et phallocrates de l’État français et ainsi éliminer l’un des piliers de cette idéologie nauséabonde.

Ne pas s’impliquer dans cette lutte, en tant que militant-e progressiste, que groupe progressiste, c’est se ranger à leur côté. Nous ne tolérerons pas cette hypocrisie, nous demandons un soutien de tou-te-s nos allié-e-s, un ralliement aux côtés de Lucie, à la fois pour elle et pour toutes celles et ceux qui continuent à subir ces oppressions systémiques.

Ni oubli ni pardon, solidarité antifasciste.

AFA Pau Béarn

https://antifafemrev.wordpress.com/2015/02/01/du-spray-au-poivre-et-des-coups-de-couteau/

Manifestations après l’assassinat de Rémi Fraysse – État français

Rémi Fraysse - Nantes - flics gazentSuite à l’assassinat de Rémi Fraysse, des manifestations ont éclaté un peu partout dans l’État français.  Le préfet de Loire-Atlantique accuse les manifestantEs nantaisEs d’avoir lancé des bouteilles d’acide sur la police. Il affirme également que cette dernière n’a pas fait usage de flashballs. Pourtant, un manifestant a eu le nez arraché par une balle de ce type de fusil. Pendant ce temps, à Nantes toujours, des fascistes facilitent le travail de la police en menant une campagne de délation contre les manifestantEs, notamment en les prenant en photo et en diffusant ces dernières sur Internet.

Aumenatge tà las victimas deu Camp de Gurs – Occitània

Que’vs raperam que lo 13 de julhet 2014 a 10 òras, que hèm un aumenatge tà las victimas deu fascisme au Camp de Gurs (Bearn) dab lo grop antifascista d’Iparralde. Programa : visita deu camp e discors. I averà arron un repèish (miar lo vòste minjar).
Nous vous rappelons que le 13 juillet 2014 à 10 heures, nous faisons un hommage aux victimes du fascisme au Camp de Gurs (Béarn) avec le groupe antifasciste d’Iparralde. Programme : visite du camp et discours. Il y aura après un repas (amener votre nourriture).

Gurs homenaldia 2014 2