Solidarité avec les militantEs antifascistes interpelléEs à Lyon et à Tours – Pau, Occitània

L’événement sur Facebook (cliquer ici).

militantEs interpelléEs 2014-04 concert 15

Publicités

Solidarité avec les militantEs interpeléEs – Pau, Occitània

L’AAF organise un cycle de soirées en solidarité avec des militantEs de Lyon et de Tours, interpelléEs à l’occasion de manifestations, etc. Notre but est de réunir des fonds afin de leur venir en aide. Nous vous attendons donc à la Tor deu Borrèu ce soir (26 mars), le 9 avril et peut-être à d’autres occasions. A bèthlèu !

militantEs interpelléEs 2014-03 - 01

Deux antifascistes poignardés – Lyon

Vendredi 14 février 2014 vers 23:30, deux antifascistes lyonnais de 15 et 16 ans ont été poignardés par des militants d’extrême-droite. Transférés à l’hôpital le soir-même, l’état de l’un d’eux est préoccupant, bien que le pronostic vital ne soit pas engagé.

Depuis l’assassinat en juin 2013 de Clément Méric par des fascistes, ces derniers se livrés à plusieurs actes de violence que l’on pourrait tout aussi bien qualifier d’actes de guerre. Pour n’en citer que quelques uns, il y a eu l’attaque d’un concert clermontois à l’arme à feu, l’attaque d’une manifestation et d’un bar toulousain et les faits survenus vendredi à Lyon. Sans compter les menaces proférées ci et là, les actes de vandalisme… Bref, nous sommes face à une forte augmentation quantitative mais aussi qualitative des agressions fascistes. Notamment à l’encontre des militant-e-s antifascistes.

Ce n’est pas la justice de l’État qui nous protègera

La justice de l’État ne fait rien, quant à elle, pour nous protéger. En effet, ni les (courtes) incarcérations, ni les dissolutions de groupes fascistes ne changent la donne. Au contraire, c’est de pire en pire. De plus, l’extrême-droite ne fait pas qu’agresser des militants antifascistes: elle s’attaque à des immigrés, à des homosexuel-le-s et trans, elle s’allie à tous les fanatiques religieux qu’elle rencontre sur sa route… ce qui laisse présager qu’elle va étendre son champ d’action, faisant de plus en plus de victimes.

Le combat contre le fascisme et ses soutiens n’est donc pas simplement l’affaire des « antifas ». Cela concerne tout le monde. Car nous pouvons tou-te-s devenir la cible des fascistes et en payer le prix fort. La solution est de s’organiser dans les groupes antifascistes de notre ville ou de notre région, afin de construire ensemble une riposte et une défense populaire.