Manifestations après l’assassinat de Rémi Fraysse – État français

Rémi Fraysse - Nantes - flics gazentSuite à l’assassinat de Rémi Fraysse, des manifestations ont éclaté un peu partout dans l’État français.  Le préfet de Loire-Atlantique accuse les manifestantEs nantaisEs d’avoir lancé des bouteilles d’acide sur la police. Il affirme également que cette dernière n’a pas fait usage de flashballs. Pourtant, un manifestant a eu le nez arraché par une balle de ce type de fusil. Pendant ce temps, à Nantes toujours, des fascistes facilitent le travail de la police en menant une campagne de délation contre les manifestantEs, notamment en les prenant en photo et en diffusant ces dernières sur Internet.

Publicités

Manifestons contre la venue de Louis Aliot (FN) – Pau, Occitània

FN pishem 04Mardi 6 mai 2014, Louis Aliot se rendra au local FN de Pau à 17:00. Le candidat FN-RBM (Front National – Rassemblement Bleu Marine) de la circonscription Sud-Ouest pour les élections européennes commencera par visiter une cave de l’AOC Jurançon avant de se rendre à la permanence du parti frontiste, 18 rue Montpensier.

Nous étions présentEs lors de la venue de Marine Le Pen et avions réussi, avec nos camarades de Libertat, à convoquer un rassemblement conséquent. Une fois encore, le moment est venu d’exprimer notre profond rejet des idées haineuses et archaïques du FN.

Rendez-vous mardi 6 mai à 16:30 au 18 rue Montpensier. Siam numerós-osas entà pishar sus l’ehlama de l’òdi !

Antifaxista eguna – Baiona eta Kanbo, Euskal Herria

Demain aura lieu l’Antifaxista eguna en Pays basque Nord. Voici le programme de cette journée.

Antifaxista eguna 2014BAIONA (Bayonne)
11h00: marche de solidarité contre l’impunité des crimes d’État et la violence policière
12h30: Repas partagé à la ZUP

KANBO (Cambo-les-Bains)
15h00: CONFÉRENCE/DÉBAT « 2014: L’IMPUNITÉ DE LA TERREUR D’ÉTAT ET LA CRIMINALISATION DES LUTTES ANTIFASCISTES » Témoignages de Ramata Dieng du Collectif Vies Volées et de Skapel du groupe Première Ligne des quartiers populaires de Seine-St-Denis, suivis d’un débat.
20h00 : Hommage
21h00 : Concerts

Venue de Manuel Valls – Pau, Occitània

Valls, n’ès pas planvengut, ni a Pau ni enlòc !

Valls Pau pas planvengut 2014-03-18 01Le Ministre de l’Intérieur Manuel Valls fait expulser des sans-papiers, mène des rafles contre les populations Rroms, maintient Georges Abdallah en prison, a livré Aurore Martin à l’Espagne tortionnaire, tient des discours racistes qui stigmatisent certaines populations (Rroms, etc), refuse au Pays basque Nord le droit à plus d’autonomie en revenant sur les promesses électorales du PS… et la liste est encore longue.

C’est pourquoi nous appelons à manifester mardi 18 mars 2014 à 18:45 devant le Palais Beaumont contre la venue de ce sinistre individu.

Siatz numerós tà manifestar contra la politica repressiva de l’Estat francés !

Signataires : AAF-Pau, Libertat !

Venue de Marine Le Pen – Pau, Occitània

En cette période pré-électorale, Marine Le Pen est venue soutenir le moral de ses troupes paloises.

Devant le local du FN, Rue Montpensier.

Devant le local du FN, Rue Montpensier.

C’est une demi-heure avant l’horaire annoncé à la presse que Marine Le Pen s’est rendue aux Halles. Au même moment, des membres de l’AAF-Pau et de Libertat (le NPA et des non-organisés ont alors rejoint la manifestation) distribuions des tracts aux abords du bâtiment. Après un bref quart d’heure de visite, la présidente du Front National s’est engouffrée dans la permanence locale de son parti. Là, elle a tenu un discours devant une petite poignée de militants (voir première vidéo). « Ils ont vraiment raclé les fonds de tiroir! » s’exclame alors un palois. Pendant ce temps, les manifestants nous sommes tenus devant l’entrée du local. Exhibant une banderole et criant des slogans antifascistes, nous avons continué de tracter auprès des passant-e-s.

Le FN est à Pau, la répression aussi

Marine Le Pen « a tenu un discours devant une petite poignée de militants. »

Durant notre action, la police et les RG nous ont pris en photo sous toutes les coutures. Et pendant que nous étions devant le local du FN, quelques groupes de personnes (plutôt jeunes) nous observaient sans relâche, restant statiques pour certains et faisant des rondes pour d’autres. Leur manque de discrétion laissait pour évident qu’il s’agissait de proches du parti frontiste. Après son discours, Marine Le Pen et ses gardes du corps ont quitté la ville à bord de leur voiture. Sans doute un grand déchirement pour certains de ses militants, puisque l’un d’entre-eux s’est jeté sur un manifestant antifasciste (cherchant peut-être du réconfort?). La police a d’ailleurs attendu que nous nous approchions pour nous foncer dessus, nous repoussant avec violence et faisant vaguement mine de calmer l’agresseur. Non non, il n’y a aucun lien entre policiers et fascistes…

Nous nous félicitons et remercions tou-te-s ceux/celles qui se sont joint à notre appel. En effet, nous avions appris la venue de Marine Le Pen la veille et avons dû mobiliser nos forces en dernière minute afin d’appeler à manifester, écrire un tract et réaliser une banderole. Jamais nous ne laisserons la place aux idées nauséabondes et fascisantes. L’Occitanie est et restera une terre antifasciste!

Ailleurs sur internet: La République des Pyrénées, France 3 Pau Sud-Aquitaine (journal du 27/01/2014 à 05:18)

Georges Ibrahim Abdallah : 30 ans de prison, 30 ans de résistance – Occitània

Bientôt commencera la trentième année de détention de Georges I. Abdallah. A cette occasion, l’AAF-Pau met à disposition des lecteurs/trices le communiqué disponible sur Libérons Georges (voir ci-dessous), appelant à la manifestation du 26 Octobre, à 14h, devant la Gare de Lannemezan (Lanamesa, Òc).

Liberté pour Georges Abdallah ! 30 ans de prison, 30 ans de résistance !Georges I Abdallah sept2013
Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais âgé de 62 ans, arrêté à Lyon en 1984, a été condamné à la réclusion à perpétuité pour des actions revendiquées par les Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises (FARL). Il entrera le 24 octobre 2013 dans sa 30ème année de détention. C’est un résistant qui a combattu l’invasion israélienne du Liban en 1978. Il a combattu, notamment comme membre du Front Populaire de Libération de la Palestine, contre l’occupation de la Palestine.
Il a terminé sa peine de sûreté depuis 1999. Son maintien en captivité est un choix politique de l’État français appuyé par Israël et les États-Unis. A ce sujet, la DST (service secret français) a déclaré en 2007 : « Personnalité emblématique de la lutte anti-sioniste, la libération de Georges Abdallah constituerait sans nul doute, au Liban, un évènement. Il sera probablement fêté comme un héros à son retour dans son pays, mais aussi par différentes mouvances engagées dans la lutte révolutionnaire ». Le rejet de sa huitième demande de libération conditionnelle en avril 2013, après de nombreuses manœuvres politico-judiciaires, montre bien la volonté de ne pas le libérer. Ce qui lui vaut cet acharnement, c’est de rester un militant anti-impérialiste et pro-palestinien implacable et de n’avoir jamais renié ses opinions.
Au Liban, dans le Monde arabe, mais aussi en Europe et dans le reste du monde, la lutte pour sa libération s’amplifie. Car seule une forte mobilisation populaire fera sortir Georges Abdallah de prison. Nous appelons à un rassemblement le plus large possible, le samedi 26 octobre 2013 à 14h à Lannemezan devant la prison où il est enfermé. Pour reprendre ses mots « Ensemble, camarades, nous vaincrons et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons ».
Palestine vivra, Palestine vaincra ! Libérez Georges Abdallah ! Manifestation le 26 octobre 2013 Rendez-vous à 14 h devant la gare de Lannemezan

Même après 30 ans d’enfermement, notre camarade reste fidèle à ses idées ! Bien qu’il soit un des plus vieux prisonniers politiques d’Europe, Georges n’est pas la seule personne à payer son engagement politique de la sorte. Membres d’Action directe, syndicalistes, prisonniers politiques basques, corses… la liste de ceux qui sont retenus dans les geôles françaises est longue. Car pour se retrouver – ou rester – derrière les barreaux, il n’est pas nécessaire d’avoir employé la violence. Il suffit d’avoir des opinions qui remettent en cause le capitalisme et l’impérialisme. Mais même dans le cas où l’emploi de la violence serait la raison de l’incarcération, il faut se poser la question de pourquoi cette violence. Or, comme disait le communiste José Miguel Beñarán Ordeñana « Argala », la violence des travailleurs n’est qu’une réponse à la violence des oppresseurs.

Liberté pour les prisonniers-ères politiques révolutionnaires !

Tou-te-s à Lannemezan pour lutter contre la répression capitaliste !

En Occitan:
Bethlèu que harà 30 ans qu’ei detiengut lo Georges I. Abdallah. A d’aqueth parat, l’AFF-Pau que presenta aus legidors lo comunicat disponible sus Libérons Georges (véder ací-devath) qu’apèra a manifestar lo 26 d’octobre, a 2òras lo vrèspe, per davant la gara de Lanamesa.
Comunicat
Quitament arron 30 ans d’embarrament, lo noste camarade que demora fidèu aus sons principis ! S’ei un deus mei vielhs presoèrs politics d’Euròpa, Georges n’ei pas lo sol que pateish atau lo son engatjament politic. Sòcis d’Action Directe, sindicalistas, presoèrs politics bascos, còrses … b’ei longa la lista deus que son retienguts dens las presons francesas. Arretrobà’s -o demorar- aquiu dehens non significa pas forçadament qu’an usat la violéncia. Que sufeish de hicar en causa lo capitalisme e l’imperialisme.
Quitament se son embarrats en per’mor d’actes violents, que’s cau demandar perqué an hèit aquera causida. Com ac digó lo comunista José Miguel Beñarán Ordeñana « Argala », la violéncia deus tribalhadors n’ei pas qu’ua responsa a la violéncia deus opressors.

Libertat taus/tà las presoèr-a-s politic-a-s revolucionari-a-s !

Tot-a-s a Lanamesa tà lutar contre la represion capitalista !