Assassinat de Clément Méric : Esteban Morillo libéré – Paris, France

… Ou comment mal commencer l’année. Nous publions ici le communiqué rédigé hier par le Comité pour Clément. Nous invitons touTEs les militantEs et sympathisantEs antifascistes à suivre de près l’actualité, au cas où des protestations viendraient à être organisées. Cette libération sous contrôle judiciaire a été précédée par plusieurs rassemblements de militants fascistes à travers l’Europe, parfois devant les consulats français.

 

Manif Clément ParisNous avons appris ce jour la libération sous contrôle judiciaire de M. Morillo, principal mis en cause dans la mort de notre camarade, Clément Méric.

Rappelons d’abord que la fin d’une détention provisoire ne présage en rien de l’issue d’un procès, et encore moins de l’innocence des mis en examen. En effet, la détention provisoire est une mesure d’exception qui doit être justifiée par les nécessités de l’instruction et cesser dès que possible. Les parties civiles ne se sont d’ailleurs prononcées sur aucune des demandes de remise en liberté, et ce depuis le début de l’affaire.

Qu’il soit bien clair aussi que nous ne prônons pas l’enfermement comme solution, que nous ne le souhaitons à personne ; et surtout que nous ne nous en remettons pas à la justice pour lutter contre l’extrême droite.

Elle a d’ailleurs prouvé son indulgence voire sa bienveillance à l’égard de celle-ci à plusieurs reprises : les assassins de Brahim Bouarram ont été condamnés à des peines de huit mois à un an ferme, un militant qui a tiré sur un concert de soutien aux sans-papiers a été condamné à deux ans de prison en comparution immédiate sans aucune enquête sur les complicités dont il a bénéficié, Serge Ayoub est relaxé de l’assassinat de James Dindoyal et nous pourrions poursuivre cette triste liste.

La libération de M. Morillo ne doit pas faire oublier que les preuves à l’encontre des militants de 3e Voie qui ont agressé Clément sont accablantes. Loin de la présentation qu’en font certains médias qui renvoient deux versions dos à dos, l’enquête a permis de préciser les zones d’ombres des premières semaines. Plusieurs témoins confirment la présence de poings américains dans le groupe de skinheads ainsi que l’appel de renforts par SMS et appels téléphoniques. Les relevés d’appel confirment également le lien direct entre les agresseurs de Clément et Serge Ayoub, qui prétendait pourtant ne pas les connaître. Enfin, la vidéo de surveillance citée en juin par RTL, dans ce qui restera une belle intoxication d’un média peu regardant, démontre que Clément et ses amis n’ont pas bougé d’un centimètre en direction de leurs agresseurs qui se sont bien jetés sur eux.

Mais le mal est fait. L’extrême droite a réussi son coup de communication avec la complicité de nombreux journalistes qui se sont empressés de relayer leurs versions, voire de donner de l’importance à des provocations verbales alors que notre camarade avait été frappé à mort.

Notre combat ne vise pas à une vengeance judiciaire par l’obtention de lourdes peines. Il vise à refuser que soient mis sur un pied d’égalité les idées de haines et de violence de l’extrême droite avec les idées d’égalité et de progrès social que nous défendons.

Comité pour Clément

Esteban Morillo libération ComPourClém (2014-09-02)Esteban Morillo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ailleurs dans la presse francophone : Metronews, Europe 1, Le Parisien (tous considérés comme peu à très peu fiables)

Publicités

Condamnée pour s’être défendue contre une agression sexiste – Paris, France

Communiqué envoyé par des féministes parisienNEs au groupe antifasciste du Pays basque Nord :

Antisexisme La HordeFin 2013, une habituée de « la Mutinerie » s’est faite agresser, vers 2h du matin à la fermeture du bar. Elle donnait un coup de main au personnel et comptait passer le balai devant le bar, lorsqu’ un homme lui a adressé des propos à caractère sexiste et sexuel : « en passant le balai t’auras qu’à te pencher, t’y verras peut être mieux et au passage tu me suceras« , « la petite pute croit qu’elle va faire peur à qui ?« , « vous les gouines vous vous prenez trop pour des bonhommes« … Elle s’est défendue verbalement en lui intimant de cesser, ce qui n’a pas empêché l’homme de s’en prendre à elle physiquement. Elle s’est alors défendue par des coups.
Vraisemblablement alcoolisé au moment des faits, c’est seulement deux jours plus tard que l’agresseur est allé porter plainte. La victime, qui a du se défendre d’une agression sexiste, sexuelle et lesbophobe, s’est vue prescrire plusieurs jours d’ITT (interruption temporaire de travail) pour être finalement convoquée au commissariat de police. Aujourd’hui mardi 8 avril, son audience avait lieu avec pour chef d’accusation : violences volontaires ayant entrainé une ITT de plus de huit jours. En plus des frais de justice, le verdict la condamne à 5 mois de prison avec sursis sur une période de mise à l’épreuve de 5 ans et à verser une provision de 800 euros à l’agresseur. Ceci afin d’effectuer une expertise médicale pour déterminer le montant total des dommages et intérêts qu’elle devra verser.
C’est une sanction particulièrement sévère ! En effet le procureur et le plaignant ne demandaient « que » des dommages et intérêts assortis d’une amende. Le montant total pourrait atteindre 10 000 euros, selon l’avocat. Au rendu du verdict, 18 féministes présentes en soutien à l’accusée ont alors manifesté pacifiquement leur désaccord dans la chambre du Tribunal de Grande Instance. EvacuéEs avec force et violence, elles ont été retenuEs pendant deux heures devant le palais de justice, sans que leurs droits ne leur aient été notifiés, ni les motifs de leur rétention. EmmenéEs au commissariat puis relâchéEs après vérification de leurs identités, il leur a été signifié que certainEs d’entre elles seraient prochainement convoquéEs pour répondre aux accusations d’outrage à agent et de dégradation de matériel (des bancs de la chambre correctionnelle cassés lors de leur évacuation par la police).
Dans un contexte de recrudescence des violences contre les femmes, les trans et les gouines (agressions physiques suite à des démonstrations d’affection, insultes, attouchements dans les transports, remarques graveleuses… à la fois dans des espaces privés et publics), une fois de plus, la justice protège les agresseurs et condamne les femmes qui se défendent ou dénoncent l’impunité et la justice patriarcale. Quel signe nous est ainsi envoyé lorsque nous décidons de nous défendre face aux agressions verbales, physiques, menaces de viol, perpétrées par des hommes cisgenres ? La logique de la « réponse proportionnée » devrait donc nous amener à nous contenter de dire « non merci bisous » face aux menaces symboliques et physiques que nous subissons ? La victime de l’agression, pour s’être défendue sans ambiguïté et sans s’excuser, a déjà dû payer 2400 euros de frais d’avocat, a écopé de 5 mois avec sursis et risque de devoir débourser une somme considérable à cause d’une société pro­viol secondée de sa police patriarcale, qui ne reconnait pas aux femmes, aux gouines, aux trans, la légitimité de se défendre contre les agressions sexistes constantes dans l’espace public comme dans la sphère privée.
Nous exigeons : la relaxe pour la personne condamnée, l’abandon des poursuites à l’encontre des personnes interpellées au TGI, une interprétation de la notion de « proportionnalité » de la légitime défense plus en adéquation avec l’oppression vécue pour toutes les femmes, gouines, trans’ confrontéEs à des agressions dans l’espace public comme privé. Une manifestation contre les violences sexistes, lesbophobes et transphobes est en cours de préparation.
FACE AUX VIOLENCES, LEGITIME DEFENSE !

Des féministes parisienNEs