La Horde, méchamment sexiste.

Lorsqu’il a été porté à la connaissance de la Horde l’histoire de Lucie, elle a refusé de se faire le relais de l’élan de solidarité qui s’est formé dans les rangs des militant-e-s antifascistes autour de Lucie. Voici leur explication.

« Rendre pêle-mêle responsable du viol d’une femme l’extrême droite, la police, l’État, le PS ou le capitalisme, c’est passer à côté de la nature profondément sexiste du viol. Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a pas plus (et pas moins) de violeurs à l’extrême droite qu’à l’extrême gauche, et le viol n’est pas une pratique propre à la société capitaliste. »

La suite de leur réponse se trouve ici.

Titta, militante féministe, et Lucie leur ont répondu.

« […]vous passez à côté de la nature profondément sexiste du capitalisme. Bien évidemment que le fait que le corps des femmes soit considéré comme un objet à disposition est en lien avec le capitalisme. Bien évidemment qu’il est aussi question de territoires. Bien évidemment qu’il est question de propriété. »

La suite de la réponse de Titta se trouve ici.

« Pour ce qui est de votre analyse de l’analyse : merci de ne pas venir m’expliquer ce que j’ai vécu, le sexisme de ce viol. Ce n’est pas passer à côté de la nature profondément sexiste du viol, c’est intégrer tous les acteurs qui permettent aux violeurs d’agir impunément, aux fascistes de militer impunément. »

La suite de la réponse de Lucie se trouve ici.

La Horde, méchamment antifasciste. Méchamment. Pourquoi pas. Antifasciste, on émet plus de réserve. La Horde, on en a été des lecteurs. Des gens qui prennent vraiment position, enfin ! C’était inouï, inespéré ! Des larmes de joie à profusion ! Bon, on exagère, mais c’était chouette de savoir que c’était là. Et après on a vu les limites du truc. L’affaire qui s’est passée dans l’ombre, doucement, sans faire de vague. Et on a pas aimé. Parce que la Horde on y croyait. Et quand L’OCFR a demandé à la horde de relayer l’histoire de Lucie et qu’elle a refusé, on a d’abord cru à une blague. La horde a répondu, très méchamment, la réponse que voilà (premier lien cité). Si c’était une blague, on n’a définitivement pas compris. Une vraie bande de pas rigolos la Horde. Sauf que là, ils ont chié dans la colle. Et au lieu de réfléchir sur ce qu’ils avaient fait, d’envoyer de plates excuses et de se mettre à avoir un minimum de cohérence dans leurs propos, ils ont retiré l’action antifasciste de Pau de leur liste de groupes antifascistes. Parce qu’on leur a dit qu’on était profondément outré-e-s du peu de rigueur intellectuelle dont ils faisaient preuve sur ce coup là. Déception. Pour nous, la Horde n’est plus qu’une horde d’antifas primaires qui ont raté l’occasion d’apporter un soutien essentiel à une camarade, qui ont oublié un léger, un infime détail, qui est que la lutte antifasciste passe par la suppression de toutes les oppressions.

La Horde, méchamment sexiste ? Ni oubli, ni pardon.

Publicités

Lucie, violée par un fasciste

Lucie est une militante antifasciste. Elle lutte par conviction, elle lutte par nécessité. En août 2013, Lucie a été violée par un opposant politique. Un fasciste. Un acte certes profondément choquant pour ses camarades, mais profondément douloureux et destructeur pour elle. Elle a choisit de continuer à se battre parce que son viol n’est pas un acte isolé. Elle a choisit de faire de son cas particulier une lutte générale contre le sexisme.

Cette lutte passe par la dénonciation de l’idéologie patriarcale qui règne encore actuellement dans l’État français. La peur des représailles, du jugement, la loi du silence implicite qui régit nos rapports sociaux, beaucoup de choses permettent aux violeurs de s’en tirer. La culture du viol qui sévit aujourd’hui dans nos sociétés contribue à leur permettre de violer, de violer à nouveau.

Ce viol, ainsi que tous les autres, est un crime profondément fasciste parce qu’il est un acte de domination ayant pour but d’affaiblir son adversaire, de le/la maintenir dans son statut d’oppressé-e. Les viols perpétrés contre les femmes sont autant d’armes contre la lutte féministe et anti-sexiste. Ils sont les promoteurs de ce silence imposé, de ce refus d’écouter nos voix. Utiliser le viol pour empêcher les gens de défendre leurs droits, c’est choisir de conforter ce climat d’inégalité qui nous dérange. Utiliser l’excuse des opinions politiques, c’est reconnaître qu’en plus d’être un crime sexiste, violer est un crime fasciste.

Face à la multiplication des agressions fascistes, l’assassinat de Clément parce qu’il était antifasciste, l’agression de Leïla parce qu’elle était musulmane, l’assassinat de Rémi parce qu’il défendait une ZAD, face à toutes ces attaques qui se reproduisent jour après jour, qui sont invisibilisées, décrédibilisées, ne pas prendre position, c’est prendre la position de l’oppresseur.

Aujourd’hui, à l’heure où Lucie a de nouveau été agressée par ce garde-fou du patriarcat, nous choisissons de lever nos voix et de les joindre à la sienne. Parce qu’il faut que cela cesse. Parce que chaque nouvelle offense ne nous empêche pas de lutter mais nous rend chaque jour plus en colère, plus haineu-x-ses et plus motivé-e-s à détruire la menace fasciste.

C’est uni-e-s dans cette lutte que les antifascistes pourront détruire les relents patriarcaux et phallocrates de l’État français et ainsi éliminer l’un des piliers de cette idéologie nauséabonde.

Ne pas s’impliquer dans cette lutte, en tant que militant-e progressiste, que groupe progressiste, c’est se ranger à leur côté. Nous ne tolérerons pas cette hypocrisie, nous demandons un soutien de tou-te-s nos allié-e-s, un ralliement aux côtés de Lucie, à la fois pour elle et pour toutes celles et ceux qui continuent à subir ces oppressions systémiques.

Ni oubli ni pardon, solidarité antifasciste.

AFA Pau Béarn

https://antifafemrev.wordpress.com/2015/02/01/du-spray-au-poivre-et-des-coups-de-couteau/

Communiqué suite à la manifestation pour la libération de Georges Abdallah – État français

Georges Abdallah - Lanamesa - 2014-10-25

En bas à gauche, banderole de tête du cortège de la Coordination Antifasciste de Lutte contre l’Extermination Carcérale, la Criminalisation de la Lutte Antifasciste et pour la Libération des Prisonnier.ère.s Politiques.

Nous mettons à disposition des lecteurs et lectrices du blog un communiqué de Futur Rouge. Celui-ci concerne la manifestation en soutien aux prisonniers politiques qui s’est déroulée à Lanamesa le 25 octobre dernier. L’organisation communiste y dénonce la présence d’individus faisant l’apologie du viol et s’étant rendus coupables de provocations au cours de la manifestation.

Condamnée pour s’être défendue contre une agression sexiste – Paris, France

Communiqué envoyé par des féministes parisienNEs au groupe antifasciste du Pays basque Nord :

Antisexisme La HordeFin 2013, une habituée de « la Mutinerie » s’est faite agresser, vers 2h du matin à la fermeture du bar. Elle donnait un coup de main au personnel et comptait passer le balai devant le bar, lorsqu’ un homme lui a adressé des propos à caractère sexiste et sexuel : « en passant le balai t’auras qu’à te pencher, t’y verras peut être mieux et au passage tu me suceras« , « la petite pute croit qu’elle va faire peur à qui ?« , « vous les gouines vous vous prenez trop pour des bonhommes« … Elle s’est défendue verbalement en lui intimant de cesser, ce qui n’a pas empêché l’homme de s’en prendre à elle physiquement. Elle s’est alors défendue par des coups.
Vraisemblablement alcoolisé au moment des faits, c’est seulement deux jours plus tard que l’agresseur est allé porter plainte. La victime, qui a du se défendre d’une agression sexiste, sexuelle et lesbophobe, s’est vue prescrire plusieurs jours d’ITT (interruption temporaire de travail) pour être finalement convoquée au commissariat de police. Aujourd’hui mardi 8 avril, son audience avait lieu avec pour chef d’accusation : violences volontaires ayant entrainé une ITT de plus de huit jours. En plus des frais de justice, le verdict la condamne à 5 mois de prison avec sursis sur une période de mise à l’épreuve de 5 ans et à verser une provision de 800 euros à l’agresseur. Ceci afin d’effectuer une expertise médicale pour déterminer le montant total des dommages et intérêts qu’elle devra verser.
C’est une sanction particulièrement sévère ! En effet le procureur et le plaignant ne demandaient « que » des dommages et intérêts assortis d’une amende. Le montant total pourrait atteindre 10 000 euros, selon l’avocat. Au rendu du verdict, 18 féministes présentes en soutien à l’accusée ont alors manifesté pacifiquement leur désaccord dans la chambre du Tribunal de Grande Instance. EvacuéEs avec force et violence, elles ont été retenuEs pendant deux heures devant le palais de justice, sans que leurs droits ne leur aient été notifiés, ni les motifs de leur rétention. EmmenéEs au commissariat puis relâchéEs après vérification de leurs identités, il leur a été signifié que certainEs d’entre elles seraient prochainement convoquéEs pour répondre aux accusations d’outrage à agent et de dégradation de matériel (des bancs de la chambre correctionnelle cassés lors de leur évacuation par la police).
Dans un contexte de recrudescence des violences contre les femmes, les trans et les gouines (agressions physiques suite à des démonstrations d’affection, insultes, attouchements dans les transports, remarques graveleuses… à la fois dans des espaces privés et publics), une fois de plus, la justice protège les agresseurs et condamne les femmes qui se défendent ou dénoncent l’impunité et la justice patriarcale. Quel signe nous est ainsi envoyé lorsque nous décidons de nous défendre face aux agressions verbales, physiques, menaces de viol, perpétrées par des hommes cisgenres ? La logique de la « réponse proportionnée » devrait donc nous amener à nous contenter de dire « non merci bisous » face aux menaces symboliques et physiques que nous subissons ? La victime de l’agression, pour s’être défendue sans ambiguïté et sans s’excuser, a déjà dû payer 2400 euros de frais d’avocat, a écopé de 5 mois avec sursis et risque de devoir débourser une somme considérable à cause d’une société pro­viol secondée de sa police patriarcale, qui ne reconnait pas aux femmes, aux gouines, aux trans, la légitimité de se défendre contre les agressions sexistes constantes dans l’espace public comme dans la sphère privée.
Nous exigeons : la relaxe pour la personne condamnée, l’abandon des poursuites à l’encontre des personnes interpellées au TGI, une interprétation de la notion de « proportionnalité » de la légitime défense plus en adéquation avec l’oppression vécue pour toutes les femmes, gouines, trans’ confrontéEs à des agressions dans l’espace public comme privé. Une manifestation contre les violences sexistes, lesbophobes et transphobes est en cours de préparation.
FACE AUX VIOLENCES, LEGITIME DEFENSE !

Des féministes parisienNEs

Réforme de la loi sur l’avortement – État espagnol

"Merci ma belle. Ne me dénonce pas pour le viol et je ne te dénoncerai pas pour l'avortement. Pour toi ce serait six ans de plus."

« Merci ma belle. Ne me dénonce pas pour le viol et je ne te dénoncerai pas pour l’avortement. Pour toi ce serait six ans de plus. »

Alberto Ruiz Gallardón, Ministre de la Justice du gouvernement PP (Partido Popular), avait annoncé dès 2012 sa volonté de réformer la loi concernant l’avortement. C’est désormais chose faite. En effet, le 20 décembre, le gouvernement de l’État espagnol a approuvé une réforme qui représente un recul de 30 ans dans les droits des femmes. Son nom: « loi organique de protection de la vie de l’embryon et des droits de la femme enceinte ». Ne pourront à présent avorter que les femmes dont l’enfant est le fruit d’un viol – il faudra avoir porté plainte au préalable – et celles pour qui l’enfant représentera un « grave danger pour la vie ou la santé physique ou psychique ». Le motif de malformation de l’enfant ne sera plus valable pour justifier un avortement. Et les médecins qui seraient tentés de ne pas respecter la loi seront poursuivis en justice. En revanche, ceux qui refuseraient de pratiquer un avortement ne seront pas inquiétés.

Répression

Visuel basque en faveur du droit à l'avortement.

Visuel basque en faveur du droit à l’avortement.

Suite à la présentation de cette réforme, des femmes et des hommes se sont mobilisés afin de lutter contre cette grave atteinte au droit des femmes. Mais les forces de police ont su leur rappeler qu’on ne discute pas avec le pouvoir capitaliste: les manifestations ont été violemment réprimées et les sit-in dissous.

Source: El País

Pour aller plus loin: Huffington Post, La Sexta.