Symboles fascistes sur des maisons et des bâtiments municipaux – Aurelhan, Occitània

Des habitant-e-s d’Aurelhan* ont trouvé des symboles fascistes sur des maisons et des bâtiments municipaux de leur commune.

Croix celtique - lavoir d'Aurelhan, 08-01-2014 crédit photoCe matin, la petite ville bigourdane s’est réveillée avec une mauvaise surprise. En effet, deux croix celtiques y avaient été taguées. L’une sur un panneau d’entrée de la ville et l’autre sur celui du lavoir. Ce fait pourrait sembler mineur si, la veille, trois familles « d’origine maghrébine » n’avaient pas découvert des croix gammées sur leur porte. Pour le maire, « c’est un acte extrêmement inédit et très isolé à Aureilhan, abject, inadmissible et intolérable. » Cependant, un conseiller municipal a déclaré que « même dans une ville largement à gauche, il y a un vote FN qui s’est exprimé fortement lors des dernières élections, aussi bien nationales que locales. » Toujours selon ce même conseiller municipal, « cet acte ne peut venir que de personnes qui connaissent très bien la ville et ses habitants. » Des plaintes ont été déposées et une enquête de police est en cours.

* Aureilhan en français.

SOURCES: La République des Pyrénées (édition papier), La Dépêche, Pyrénées info.

Publicités

Communiqué de Libertat suite à l’attaque de la Tor deu Borrèu par des fascistes – Pau, Occitània

En Occitan:

La « Tor du Borrèu » locau de Libertat!, un navèth còp presa per cibla per l’estrèma drèta.  Dens la nuèit deu 12 au 13 de deceme personas d’estrèma drèta que s’en son prés au noste locau situat dabant lo fronton deu barri deu Hédas. Los autors de l’ataca qu’an forçat los contravents suus quaus estón escributs simbèus nazis  « 14  88 – Heil Hitler », accompanhats de crotz gamadas, mes ne son pas entrats, (lhèu qu’estón embestiat dens lo lor mauhèit ?)

Que podem pensar qu’aquesta darrèra ataca sia ua reaccion a ua serada qui’s debanè a la Tor deu Borrèu ua setmana abans, en solidaritat tau Clamenç Meric, au parat deu triste aniversari deus 6 mes deu son assessinat a Paris peus neo-nazis. Qu’èra organizada per l’accion anti-fascista paolina.
Mes n’ei pas lo purmèr còp, en 21 ans d’existéncia que la Tor patesca d’atacas d’aqueth escantilh.

Taus qui ne coneisherén pas , despuish 1992, qu’ei un lòc de vita e de luta alternatiu, sòci e occitan qui existeish a Pau, en Bearn : La Tor deu Borrèu.
Qu’ei un loc popular e culturau entà har politica diferament. La hèsta tanben, shens aver hèra de sòs dens lo pantelon. La Tor be’n viscó mantuas iniciativas ! Que vedó lo Carnaval, Hestiv’oc, seradas Iròlas-Borret, qu’organizè grasilhadas/repaish/serada de sostien a tribalhadors en cauma, auxs shens-papèrs, shens-lotjaments, a precaires, repaishs populars de barri, en passar peus concèrts de tota traca : jazz manouche, ska, punk-rock, métal, aux bals gascons, cantèras, etc.), des partidas de pelòtas/quilhas  ahuecadas suu fronton, aperitius endiablats arron las manifestacions, repaishs e dias populars dab lo barri, cinema en plenh aire, debats, encontres, creacions colectivas de banderòlas e d’aficas, encontres antifascites, seradas de sostien entaus presoners o contre la repression.
Qu’ei un lòc dedicat a la luta e a la hèsta, en un mot a la vita !
Qu’ei donc dedicat a la luta e a la cultura locau : Occitano-bearnesa, mes tanben  a totas las autas culturas qui combaten açí e aulhors. Un lòc dedicat a las lutas sociaus locaus o internationaus, en har noste l’eslogan « vivre et víver e decidir au País » que contam portar  lo noste sostien a tost los qui lutan tà har cambiar aqueste monde vadut de mau víver adara.

De mei dab la Tor, qu’avem l’ambicion de tornar crear mei de ligams, plan sovent destenuts au còr de la metropòla. Copar dab la solituda diària e lo retrèit sus sia-medisha, esbrigalhar los prejutjat e idas recebudas per rappòrt a tau o tau sòrta de persona (en seguir la soa origina, la soa aparéncia, la soa color, la soa lenga, etc.), entà tornar trobar lo gai de partatjar ua idea, un veire, ua musiqca o enqüèra ua experiéncia.

E seré aquesta mesclanha qui destimbòrla tan aquestes quauqes illuminats ?
N’ei pas dab ua barra a mina qu’estancam aqueste estrambòrd !
Alavetz òc, que contunharam de destorbar !

Lo contèxte de paur deu caumatge, de la precaritat e deu lendoman, accentuat per la crisi, ne hè pas que neurir l’appétit verimós e dangerós d’aqueths gropuscules. La loa ideologia egoïsta qu’ei basada sus l’òdi deus immigrats, deus shens papèrs e de tots los qui ne serén ni blancs, ni crestians. La banalisacion de las ideas racistas et xenophobas qu’ei miada e defenuda peus partits institucionaus (suber-dretisacion de l’UMP, deu FN pujant e ua politica d’expulsion deu PS digna d’ua drete dura). Qu’ei clar qu’aquestes nazilhós que son lo frut de las politicas successivas, qui permeten, en mei deu poder de repression de l’Estat (policia, etc), d’exerçar ua pression indirècta suus larèrs de resisténcia. Arren de mei qu’ua miliça politica.
Tad estar clar, la solucion, ne la troberam pas dens ua sòrta d’union illusòria de la « GAUCHE », d’ua trista ramentejada electorau, o d’ua union sacrada repubicana e plan franchimanda, qui hè lo jòc d’aqueste monde, pr’amor eths se  diseràn enqüèra mei francés que tots. Los mots qu’an ua importància quan entenem lo FN « deféner » la « Republica » contre lo regionalisme (en Bretanha)…

Entà combàter aqueste mau-estar, que’s cau organizar, sortir de l’individualisme, muisharau pòple que ne cau pas cercar responsables isolats, mes combàter reaument e colectivament dens un esprit de solidaritat en organisant alternativas locaus au servici deu pòple. Que los ennemics principauc au noste ben-estar, que son lo CAPITALISME e los sons vailets !

Libertat! Ne’s deisherà pas intimidar e contunharà la luta contra tota fòrma de discriminacion (sociau, racista, xénophoba, etc.) e tad ua societat liberada deu capitalisme. Qu’aperam a estar prudents e a respóner a tota auta ataca de la loa part.
Que sabem quin comença e subertot malurosament quin s’acaba ! (Cf 1939-1945)

Tor deu Borrèu - carnaval 2012Pro de l’òdi e de las discriminacions !
L’Occitania qu’èra, qu’ei, e que demorarà ua tèrra de metissatge !
VISCA LA MESCLANHA ! OCCITANIA MULTICULTURALA E ANTIFASCISTA !

S’a vosautes tanben, aquera societat ne’vs corespon pas mei, ça-vietz dab nosautes bastir contra-poders. Las fondacions qui ns miaràn cap a la libertat !

En français:

Dans la nuit du 12 au 13 décembre 2013, des individus d’extrême droite s’en sont pris à notre local, situé devant le fronton du quartier du Hédas. Les auteurs de cette attaque ont forcé les volets sur lesquels ont été inscrits des symboles nazis  « 14  88 – Heil Hitler », accompagnés de croix gammées, mais ne sont pas rentrés, (peut-être ont-ils été dérangés dans leur méfait ?)

On peut supposer que cette dernière agression est une réaction à une soirée qui s’est déroulée à la Tor deu Borrèu une semaine avant, en solidarité à Clément MERIC, à l’occasion du triste anniversaire des 6 mois de son assassinat à Paris par des néo-nazis. Elle était organisée par l’action anti-fasciste paloise.

Mais, ce n’est pas la première fois, qu’en 21 ans d’existence que la Tor subit ce genre d’attaque !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, depuis 1992, un lieu de vie et de lutte alternatif, militant et béarnais/occitan existe à Pau, en Béarn : La Tor deu Borrèu.
Elle est un lieu populaire et culturel pour faire de la politique différemment. La fête aussi, sans  avoir forcément beaucoup d’argent en poche. La Tor en a vu de nombreuses initiatives ! Elle a vu Carnaval, Hestiv’oc, des soirées Iròlas-Borret, a organisé des grillades/repas/soirée de soutien à des travailleurs en grève, aux sans-papiers, des sans logis, à des précaires, des repas populaires de quartier, en passant par des concerts de tout style (jazz manouche, ska, punk-rock, métal, aux bals gascons, cantaires, etc.), des parties de pelote/main nu/quilles acharnées sur le fronton, des apéros endiablés après les manifs, des repas et journées populaires avec le quartier, cinéma/documentaire en plein air, des débats, des rencontres, créations collectives de banderoles et d’affiches, des rencontres antifascistes, des soirées de soutien pour des prisonniers ou contre la répression.
C’est un lieu dédié à la lutte et à la fête, en un mot à la vie !
Il est donc dédié à la culture, à la lutte et à la culture locale : Occitane/béarnaise, mais aussi à toutes les autres cultures qui se battent ici ou ailleurs. Un lieu dédié aux luttes sociales locales ou internationales, faisant notre le slogan « vivre et décider au pays » nous comptons apporter notre soutient à tous ceux qui se battent pour faire changer ce monde devenu invivable.

De plus à travers ce lieu, nous avons l’ambition de recréer plus de liens, bien souvent distendus au sein de la métropole. Rompre avec la solitude quotidienne et repli sur soi, briser les préjugés et idées reçus par rapport à tel ou tel type de personne (suivant son origine, son apparence, sa couleur, sa langue, etc.), pour retrouver la joie de partager une idée, verre, une musique, ou encore une expérience.

Serait-ce ce métissage qui dérange tant ces quelques illuminés ? C’est pas avec des barres à mines qu’on stoppe cet engouement !
Alors oui, nous allons continuer à déranger !

Le contexte de peur du chômage, de la précarité et du lendemain, accentué par la crise, ne fait que nourrir l’appétit haineux et dangereux de ces groupuscules. Leur idéologie égoïste est basée sur la haine des immigrés, des sans papiers et de tous ceux qui ne seraient ni blancs, ni chrétiens. La banalisation des idées racistes et xénophobes est largement véhiculée et défendue par les partis institutionnels (sur droitisation de l’UMP, du FN montant et une politique d’expulsion du PS digne d’une droite dure). Il est clair que ces nazillons sont le fruit des politiques successives, qui permettent, en plus du pouvoir de répression de l’État (police, etc), d’exercer une pression indirecte sur foyers de résistance. Rien de plus qu’une milice politique.

Pour être clair, la solution, on ne la trouvera pas dans une sorte d’union illusoire de la « GAUCHE », d’un habituellement triste rabâchage électoral, ou d’une union sacrée républicaine et bien franchouillarde, qui ne fait le jeux que de ces gens-là, car eux, se  diront encore plus français que tous. Les mots ont leur importance quand on entend le FN « défendre » la « République » contre le régionalisme (en Bretagne)…

Pour combattre ce mal-être, il faut s’organiser, sortir de l’individualisme, montrer au peuple qu’il ne faut pas chercher des boucs émissaires isolés, mais se battre réellement et collectivement dans un esprit de solidarité en organisant des alternatives locales au service et pour le peuple. Que les ennemis principaux à notre bien être, sont le CAPITALISME et ses valets !

Libertat! ne se laissera pas intimider et continuera la lutte contre toute forme de discrimination (sociale, raciste, xénophobe, etc.) et pour une société libérée du capitalisme. Nous appelons à être vigilants et à répondre à toute autre attaque de leur part.
On sait comment ça commence et surtout malheureusement comme ça finit ! (Cf 1939-1945)

Assez de la Haine et des discriminations !
L’Occitania était, est, et restera une terre de METISSAGE !

VISCA LA MESCLANHA ! OCCITANIA MULTICULTURALA E ANTIFASCISTA !
Si vous aussi, cette société ne vous correspond plus, n’attendez plus, venez avec nous construire des contre-pouvoirs.  Fondations qui nous mèneront vers la liberté !