Communiqué politique suite à l’agression policière dans le quartier du Hédas – Pau, Occitània

Français, Occitan, Castellano.


COMMUNIQUÉ POLITIQUE

SUITE À L’AGRESSION POLICIÈRE

DANS LE QUARTIER DU HÉDAS

(21 JUIN 2014)

 

Hesta de la musica 2014 - pendant les concerts

Pendant les concerts à la Tor deu Borrèu.

Local associatif autogéré (sans subventions) et lieu de métissage culturel et générationnel, la Tor deu Borrèu, depuis 22 ans, s’implique dans la vie culturelle, sociale et associative du quartier du Hédas, à Pau. Nous participons notamment à la vie du quartier avec le Méliès, la Maison des Femmes, à la diffusion de films, des repas populaires, des cantèras (chants béarnais), des danses béarnaises, des soirées traditionnelles, cours d’Occitan (béarnais), soirées de soutien, aide aux sans papiers, grillades et débats pendant les mouvements sociaux, jeux occitans. Nous avons également pris part aux travaux de rénovation du quartier. Bref, nous sommes un lieu qui a toujours su établir le lien entre la lutte politique et la culture populaire.

Hesta de la musica 2014 - arrivée des flics

La police commence à encercler le Hédas.

Le 21 juin au soir, des concerts variés, à l’image de l’association et accessibles à tous publics, avec une programmation réfléchie et respectueuse de la tranquillité du voisinage, avaient lieu à la Tor deu Borrèu dans le cadre de la fête de la musique (slam / poésie, rock, jazz manouche, funk). Cet événement avait pour but de faire vivre notre quartier. Alors que le dernier groupe finissait de jouer, les forces de police font irruption sur le fronton et, sans la moindre sommation, commencent à porter atteinte au matériel des groupes, tentant ainsi de stopper la musique. Avant même que le public ne réagisse, des jets de bombe lacrymogène partent et les coups pleuvent. Les personnes présentes, surprises et choquées, se défendent alors face à cette agression. Ce fut là l’occasion d’un déchaînement de violence de la part des différents corps de police présents (Police Municipale, Police Nationale, CRS et BAC), qui ont tiré au flashball, blessant passantEs et spectateurs/trices, et ont lancé des dizaines de grenades lacrymogènes dans tout le quartier. Dans cette attaque policière, plusieurs personnes (au moins 4) ont été interpellées alors que leur seul crime était de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Alors que certaines personnes tentaient de dialoguer avec la police, ces dernières se sont retrouvées rouées de coups par les agents, qui semblaient agir de leur propre chef, sans aucune autorité hiérarchique et avec une rage exacerbée. Rapidement, le Hédas baigne dans un nuage de gaz lacrymogène, réveillant et incommodant ainsi le voisinnage et mettant en grave danger la santé d’une enfant de 3 ans, asmathique, et qui dormait la fenêtre ouverte. L’enfant se trouve encore – au moment où nous rédigeons ce communiqué – à l’hôpital. Selon les témoignages de nombreuses personnes présentes sur les lieux, le Hédas était en réalité encerclé par plus d’une dizaine de fourgons de police depuis 1h du matin. S’agissait-il donc d’un acte prémédité ? Alors que nous collections les témoignages le lendemain des événements, de nombreuses patrouilles de police passaient devant la Tor deu Borrèu.

Hesta de la musica 2014 - les flics entrent dans le quartier

La police assiège le quartier.

Depuis 22 ans aussi, la Tor deu Borrèu subit les provocations policières, les attaques démesurées et la volonté claire et affirmée de l’administration de fermer notre lieu de lutte et de culture. Arrestations, convocations au tribunal font aussi partie du déchaînement répressif auquel nous devons trop souvent faire face. Contre cela, nous avons toujours sû mobiliser nos militantEs ainsi que notre entourage, afin de faire respecter notre simple droit démocratique à exister. Il faut dire aussi que notre local associatif dérange l’Etat. En effet, nous avons toujours porté les revendications internationalistes, du droit à l’autodétermination pour tous les peuples et fédérons de nombreux courants progressistes (de gauches), en tant que militantEs occitanistes. Dans une société où l’on nous pousse à toujours plus d’individualisme et d’égoïsme, nous nageons à contre-courant afin de faire (re)naître une solidarité entre les personnes. Cela serait-il si dangereux, justifiant alors la répression à laquelle nous avons dû faire face, notamment dans la nuit du 21 juin 2014 ?

La fumée des gaz lacrymogènes se propage dans le Hédas.

La fumée des gaz lacrymogènes se propage dans le Hédas.

Suite à cette agression policière, notre but sera, dans les prochains jours, de faire connaître les faits survenus dans notre quartier. Dans ce cadre, nous lançons un appel aux témoignages, qu’ils soient oraux, photo et vidéo. Vous pouvez nous joindre à l’adresse libertat.bearn@gmail.com. Nous appelons également les organisations, qu’elles soient politiques, syndicales, culturelles ou associatives, mais aussi les individus à nous soutenir après l’attaque que nous avons subit, et à se tenir prêts à y apporter la réponse adéquate. Pour cela, les organisations et associations peuvent co-signer ce communiqué en nous contactant à l’adresse mentionnée ci-dessus. Les individus peuvent quant à eux/elles nous envoyer un e-mail afin d’être tenuEs au courant.

Volem viver, hestejar e decidir au Hédas !

Non aux agressions policières, vive le Hédas populaire !

Auteurs : Libertat !, Accion Antifascista – Pau.

Cosignataires : Organisation Communiste Futur Rouge (OC FR), CNT AIT Pau, Solidaires Etudiant-e-s Pau.

Ailleurs dans la presse : Lo Jornalet (en Occitan) (fiable), Sud Ouest (assez fiable), La République des Pyrénées (très peu fiable), France 3 Aquitaine (pas fiable du tout)*, Le Parisien (pas fiable du tout), BFM TV (pas fiable du tout).
* Le lien risque de ne plus fonctionner à cause du changement des contenus du site.

Le fronton du Hédas, à la fin des affrontements. Le matériel de la Tor deu Borrèu a été détruit par l'agression policière.

Le fronton du Hédas, à la fin des affrontements. Le matériel de la Tor deu Borrèu a été détruit par l’agression policière.


COMUNICAT POLITIC

ARRON L’AGRESSION POLICIERA

DENS LO BARRI DEU HEDAS

(21 DE JUNH DE 2014)

 

Locau associatiu autogerat (shens subvencions) e lòc de mesclanha culturau e generacionau, la Tor deu Borrèu, despuish 22 ans, que s’implica dens la vita culturau, sociau e associativa deu barri deu Hédas, a Pau. Que participam notadament a la vita deu barri dab lo Méliès, la Maison de las Hemnas, a la diffusion de films, repaishs populars, cantèras (chants béarnais), danças biarnesas, seradas tradicionaus, cors d’Occitan (bearnés), seradas de sostien, ajuda aus shens papèrs, grasilhadas e debats pendent los moviments sociaus, jòcs occitans. Qu’avem egaument participat au plan de renovacion deu barri. Qu’èm un lòc qui a tostemps sabut establir un ligam enter la luta politica e la cultura populara.

Lo 21 de junh au ser, concèrts divers, a l’imatge de l’associacion e accessibles a tots los publics dab ua programmacion soscada e respectuosa de la tranquillitat deu vesinatge, que’s debanavan a la Tor deu Borrèu dens l’encastre de la hèsta de la musica (slam / poesia, rock, jazz manouche, funk). Aqueth eveniment qu’avè per objectiu de har viver lo noste barri. Mentre que lo darrèr grop èra a acabar de tocar, las fòrças de policia qu’an hèit irrupcion suu fronton e, shens la mendre sommacion, an començat de portar attenta au materiau deus grops, ensajan atau d’estancar la musica. Abans que lo quite public ne posca agir, gets de bombas lacrimogènas que son partits e patacs qu’an plavut. Las personas presentas, suspresas e chocadas, se son defenudas contra aquera agression. Qu’estó lo parat d’un eslit de violéncia de la part deus diferents còs de policia presents (Police Municipale, Police Nationale, CRS et BAC), qui an tirat au flashball, alebant passejaires espectators/triças, e an lançat detzenats de granadas lacrimogènes dens tot lo barri. Dens aquera ataca policièra, mantuas personas (au mensh 4) qu’estn interpeladas mentre que lo lor sol crimi èra de’s trobar au maishant endret au maishant moment. Quauquas personas qu’an ensajat de devisar dab la policia mes aquestas qu’estón conhits de patacs peus agents qui semblavan agir deu or cap pròpi shens nada autoritat ierarchica e dab ua ratja exacerbad. Còp sec, lo Hédas que banhè dens un crum de gas lacrimogènes, desvelhant e incomodant atau lo vesiatge e hicant en danger la santat d’un mainat de 3 ans, asmatic, e qui dromiva la frinesta obèrta. Lo mainat que’s tròba enqüèra – au moment on escribim aqueth comunicat – a l’espitau. Segon los temoenhs numerosas personas èran presentas suu lòc. Lo Hédas qu’èra en realitat encerclat per mei d’un detzenat de camions de policia despuish 1ò deu matin. Era donc un acte premeditat ? Quan colectèm testimonis lo lendoman deus eveniments, patrolhas de policia que passavan dabant la Tor deu Borrèu.

Despuish 22 ans tanben, la Tor deu Borrèu que pateish de las provocacions policièras, las atacas desmesuradas e la volontat clara afirmida de l’administracion de barrar lo noste lòc de luta e de cultura. Arrestacions, convocacions au tribunal que hèn tanben partida deu descadenament repressiu auquau debem tròp sovent har cap. Contra aquò, qu’avem sabut mobilisar los nostes sòcis autant com lo noste entoratge, entà har arrespectar lo noste dret simple e democratic a existir. Que cau díser tanben que lo noste locau associatiu que hè empach a l’Estat. En efèit, qu’avem tostemps portat las revendicacions internationalistas deu dret a l’autodeterminacion entà tots los pòples e que federam mantuns corents d’esquèrra progressistas en tant que militant(a)s occitanistas. Dens ua societat dens laquau e’ns possan a mei d’individualisme e d’egoïsme, que vam a contra-vent entà har vàder ua solidaritat enter las personas. E aquò seré tant dangerós, justificant alavetz la repression a laquau avem devut tiéner cap, notadament dens la nuèit deu 21 de junh de 2014 ?

En seguir aquesta agression lo noste objectiu que serà, dens los dias qui viénen, de har conéisher los hèits susvienuts dens lo barri. Dens aqueth encastre, que lançam un aperet aus testimònis, que sian oraus o escriuts, en fòto o videò. Que’ns podetz juntar a l’adreça libertat.bearn@gmail.com. Qu’aperam tanben las organisacions, que sian politicas, syndicaus, culturaus ou associativas, mes tanben las personas a’ns sostiéner arron l’ataca de qui patim lo 21 e a’s tiéner prest d’i portar la responsa qui cau. Entad açò, las organisacions e associacions que pòden co-signar aqueth comunicat en contactà’ns a l’adressa mencionada aquiu. Las personas eras que’ns pòden enviar un corric entà demorar assabentadas.

Volem viver, hestejar e decidir au Hédas !

Nani a las agressions policièras, visca lo Hedàs popular !

Autors : Libertat !, Accion Antifascista – Pau.

Co-signataris : Organisation Communiste Futur Rouge (OC FR), CNT AIT Pau, Solidaires Etudiant-e-s Pau.

 


COMUNICADO POLÍTICO

DESPUES DE LA AGRESIÓN POLICIAL

EN EL BARRIO DEL HÉDAS

(21 DE JUNIO 2014)

 

Local asociativo autogestionado (sin subvenciones) y lugar de mestizaje cultural y generacional, la Tor deu Borrèu, desde hace 22 años, se implica en la vida cultural, social y asociativa del barrio del Hédas, en Pau. Participamos especialmente a la vida del barrio con el Méliès (cine), la Casa de las Mujeres, a la difusion de pelicilas, comidas populares, cantèras (cantos de Bearn), bailes de Bearn, fiestas tradicionales, cursos de Occitan (bearnes), fiestas de apoyo, ayuda a los inmigrantes sin documentacion, comidas y debates en los movimientos sociales, juegos occitanos. Hemos tambien tomado parte a las obras de renovación del barrio. Somos un lugar que siempre ha establecido un enlace entre la lucha politica y la cultura popular.

El 21 de junio en la noche, habian conciertos varios (slam / poesia, rock, jazz manouche, funk), a la imagen de la asociación y accesibles a todo tipo de público, con una programación bien pensada y respetuosa de la tranquilidad de l@s vecin@s, en la Tor deu Borrèu, como parte de la Fiesta de la Música (fiesta creada por el P.S., que se ha convertido hoy en dia en una fiesta popular). Dicho evento tenia como objetivo hacer vivir a nuestro barrio. Mientras el último grupo estaba acabando su concierto, las fuerzas de policía llegaron en el frontoi / frontón y, sin avisar, empezaron a desenchufar el material de los grupos, intentando asi parar la música. Antes de que el público reaccione, nos rociaron con gas lacrimógeno y los golpearon con sus porras. La gente presente, sorprendida y en estado de shock se defendió ante dicha agresión. Fue entonces un desencadenamiento de violencia por parte de los diferentes cuerpos de policía presentes (munipas, nacionales, anti-disturbios y « Brigada Anti Criminalidad” [cow-boys urbanos]) que dispararon pelotas de goma, hiriendo a vari@s peatones/as y espectadores/as y lanzaron decenas de granadas de gas lacrimógeno en todo el barrio. En dicha agresión policial, cuatro personas fueron detenidas mientras que su único crimen era estar allí a ese momento [estan todos condenados, dos de ellos a 15 años de cárcel]. Mientras unas personas intentaban dialogar con la policia, estas ultimas recibieron muchas palizas por parte de los agentes, quienes parecian actuar con voluntad propia, sin ninguna autoridad jerárquica y con mucha rabia. Rápidamente, el Hédas estaba lleno de gas lacrimógeno, lo que derpertaba e incomodaba así a l@s vecin@s y puso en peligro la salud de una niña de 3 años, asmática, quien dormía con la ventana abierta. Dicha niña aún queda – mientras estamos escribiendo ese comunicado – en el hospital [ha salido el día siguiente con problemas a los pulmones]. Según los testimonios de numerosas personas presentes, el Hédas estaba rodeado con más de una decena de furgonetas de policía desde la 1 de la noche. Entonces, era un ataque premeditado e intencional ? Mientras estabamos recolectando los testimonios el día despues de dicha agresión, numerosas patrullas de policía pasaban delante de la Tor deu Borrèu.

Desde hace 22 años tambien, la Tor deu Borrèu sufre las provocaciones policiales, los ataques demesurados y la clara y afirmada voluntad por parte de las autoridades de cerrar nuestro lugar de lucha y de cultura. Detenciones, convocatorias al tribunal son también parte del desencadenamiento represivo al cual debemos enfrentarnos. Contra esto, siempre hemos conseguido con mobilizar a nuestr@s militantes y nuestro entorno, para hacer respetar nuestro derecho democrático a existir. También tenemos que decir que nuestro local asociativo molesta al estado. En efecto, siempre hemos llevado las reivindicaciónes internacionalistas, del derecho a la autodeterminación para todos los pueblos y federamos numerosos corrientes progresistas (de izquierdas), como militantes occitanistas. En una sociedad en la que intentan hacernos cada vez más individualistas y egoístas, nadamos a contra-corriente para que (re)nazca una solidaridad entre las personas. Esto sería tan peligroso, justificando entonces la represión a la cual debemos enfrentarnos, especialmente en la noche de 21 de juin 2014 ?

Despues de dicha agresión policial, nuestro objetivo sera, en los proximos días, dar a conocer los hechos ocurridos en nuestro barrio. Para esto, lanzamos un llamamiento a los testimonios, orales, fotos y vídeos. Podeis entrar en contacto con nosotros mandando un correo a libertat.bearn@gmail.com. Llamamos también las organizaciónes, sean políticas, sindicales, culturales o asociativas, y l@s individu@s a apoyarnos despues del ataque que hemos sufirdo, y a quedarse dispuest@s y llevar a cabo la respuesta adecuada. Para esto, las organizaciones y asociaciones pueden firmar este comunicado, contactandonos con la direccion de correo electrónico mencionada aquí. L@s individu@s pueden mandarnos un correo electrónico para que l@s informemos de lo que va a pasar.

Volem viver, hestejar e decidir au Hédas !

No a las agresiónes policiales, viva el Hédas popular !

Autores : Libertat !, Accion Antifascista – Pau.

Cofirmantes : Organisation Communiste Futur Rouge (OC FR), CNT AIT Pau, Solidaires Etudiant-e-s Pau.

 

Rassemblement le 14 juin 2014 en mémoire de Clément Méric – Pau, Occitània

Clément Méric 1 an après manif parisUn an après l’assassinat du jeune militant Clément Méric par les membres d’un groupe d’extrême-droite, le combat antifasciste est toujours d’actualité. La dissolution de ces groupes n’a rien changé. Nous ne sommes pas naïfs/ves face aux décisions vaines et hypocrites de l’État français. Les fascistes sont toujours actifs/ves et nous sommes tous les jours confrontéEs à leur propagande, leur discours nauséabond, leur présence et leurs actions – visant à installer un climat de terreur – qui nuisent à la solidarité populaire. Nous participerons aux commémorations de ce triste anniversaire à Paris le weekend des 7 et 8 juin, en solidarité avec les camarades de Clément : l’Action Antifasciste Paris-Banlieue. De plus, l’Action Antifasciste Pau vous invite à participer au rassemblement de commémoration que nous organisons le 14 juin à 17:00 devant la Préfecture de Pau et qui sera suivi d’une soirée de soutien au Comité pour Clément.

Signataires : Action Antifasciste Pau (AAF Pau), Alderdi Komunistaren Aldeko Batzordea (AKAB), Organisation Communiste – Futur Rouge (OC – FR), Libertat.

Clément Méric 1 an après 17 (finale)

Solidarité avec les militantEs interpeléEs – Pau, Occitània

L’AAF organise un cycle de soirées en solidarité avec des militantEs de Lyon et de Tours, interpelléEs à l’occasion de manifestations, etc. Notre but est de réunir des fonds afin de leur venir en aide. Nous vous attendons donc à la Tor deu Borrèu ce soir (26 mars), le 9 avril et peut-être à d’autres occasions. A bèthlèu !

militantEs interpelléEs 2014-03 - 01

Contre la répression policière – Pau, Occitània

Ces derniers mois, de nombreux militant-e-s ont été arrêté-e-s par les forces de police, qui répriment l’action de la classe travailleuse dans la défense de ses droits. Ces arrestations entraînent souvent des frais (avocat, amende, etc). C’est pourquoi l’Action Antifasciste – Pau organise une soirée de solidarité avec ces militant-e-s, victimes de la répression policière. une partie des bénéfices de cette soirée et des suivantes sera reversée aux militants les plus touchés par la répression.

Rendez-vous à la Tor deu Borrèu
ce soir (12 février 2014) à partir de 21:30.

Communiqué de Libertat suite à l’attaque de la Tor deu Borrèu par des fascistes – Pau, Occitània

En Occitan:

La « Tor du Borrèu » locau de Libertat!, un navèth còp presa per cibla per l’estrèma drèta.  Dens la nuèit deu 12 au 13 de deceme personas d’estrèma drèta que s’en son prés au noste locau situat dabant lo fronton deu barri deu Hédas. Los autors de l’ataca qu’an forçat los contravents suus quaus estón escributs simbèus nazis  « 14  88 – Heil Hitler », accompanhats de crotz gamadas, mes ne son pas entrats, (lhèu qu’estón embestiat dens lo lor mauhèit ?)

Que podem pensar qu’aquesta darrèra ataca sia ua reaccion a ua serada qui’s debanè a la Tor deu Borrèu ua setmana abans, en solidaritat tau Clamenç Meric, au parat deu triste aniversari deus 6 mes deu son assessinat a Paris peus neo-nazis. Qu’èra organizada per l’accion anti-fascista paolina.
Mes n’ei pas lo purmèr còp, en 21 ans d’existéncia que la Tor patesca d’atacas d’aqueth escantilh.

Taus qui ne coneisherén pas , despuish 1992, qu’ei un lòc de vita e de luta alternatiu, sòci e occitan qui existeish a Pau, en Bearn : La Tor deu Borrèu.
Qu’ei un loc popular e culturau entà har politica diferament. La hèsta tanben, shens aver hèra de sòs dens lo pantelon. La Tor be’n viscó mantuas iniciativas ! Que vedó lo Carnaval, Hestiv’oc, seradas Iròlas-Borret, qu’organizè grasilhadas/repaish/serada de sostien a tribalhadors en cauma, auxs shens-papèrs, shens-lotjaments, a precaires, repaishs populars de barri, en passar peus concèrts de tota traca : jazz manouche, ska, punk-rock, métal, aux bals gascons, cantèras, etc.), des partidas de pelòtas/quilhas  ahuecadas suu fronton, aperitius endiablats arron las manifestacions, repaishs e dias populars dab lo barri, cinema en plenh aire, debats, encontres, creacions colectivas de banderòlas e d’aficas, encontres antifascites, seradas de sostien entaus presoners o contre la repression.
Qu’ei un lòc dedicat a la luta e a la hèsta, en un mot a la vita !
Qu’ei donc dedicat a la luta e a la cultura locau : Occitano-bearnesa, mes tanben  a totas las autas culturas qui combaten açí e aulhors. Un lòc dedicat a las lutas sociaus locaus o internationaus, en har noste l’eslogan « vivre et víver e decidir au País » que contam portar  lo noste sostien a tost los qui lutan tà har cambiar aqueste monde vadut de mau víver adara.

De mei dab la Tor, qu’avem l’ambicion de tornar crear mei de ligams, plan sovent destenuts au còr de la metropòla. Copar dab la solituda diària e lo retrèit sus sia-medisha, esbrigalhar los prejutjat e idas recebudas per rappòrt a tau o tau sòrta de persona (en seguir la soa origina, la soa aparéncia, la soa color, la soa lenga, etc.), entà tornar trobar lo gai de partatjar ua idea, un veire, ua musiqca o enqüèra ua experiéncia.

E seré aquesta mesclanha qui destimbòrla tan aquestes quauqes illuminats ?
N’ei pas dab ua barra a mina qu’estancam aqueste estrambòrd !
Alavetz òc, que contunharam de destorbar !

Lo contèxte de paur deu caumatge, de la precaritat e deu lendoman, accentuat per la crisi, ne hè pas que neurir l’appétit verimós e dangerós d’aqueths gropuscules. La loa ideologia egoïsta qu’ei basada sus l’òdi deus immigrats, deus shens papèrs e de tots los qui ne serén ni blancs, ni crestians. La banalisacion de las ideas racistas et xenophobas qu’ei miada e defenuda peus partits institucionaus (suber-dretisacion de l’UMP, deu FN pujant e ua politica d’expulsion deu PS digna d’ua drete dura). Qu’ei clar qu’aquestes nazilhós que son lo frut de las politicas successivas, qui permeten, en mei deu poder de repression de l’Estat (policia, etc), d’exerçar ua pression indirècta suus larèrs de resisténcia. Arren de mei qu’ua miliça politica.
Tad estar clar, la solucion, ne la troberam pas dens ua sòrta d’union illusòria de la « GAUCHE », d’ua trista ramentejada electorau, o d’ua union sacrada repubicana e plan franchimanda, qui hè lo jòc d’aqueste monde, pr’amor eths se  diseràn enqüèra mei francés que tots. Los mots qu’an ua importància quan entenem lo FN « deféner » la « Republica » contre lo regionalisme (en Bretanha)…

Entà combàter aqueste mau-estar, que’s cau organizar, sortir de l’individualisme, muisharau pòple que ne cau pas cercar responsables isolats, mes combàter reaument e colectivament dens un esprit de solidaritat en organisant alternativas locaus au servici deu pòple. Que los ennemics principauc au noste ben-estar, que son lo CAPITALISME e los sons vailets !

Libertat! Ne’s deisherà pas intimidar e contunharà la luta contra tota fòrma de discriminacion (sociau, racista, xénophoba, etc.) e tad ua societat liberada deu capitalisme. Qu’aperam a estar prudents e a respóner a tota auta ataca de la loa part.
Que sabem quin comença e subertot malurosament quin s’acaba ! (Cf 1939-1945)

Tor deu Borrèu - carnaval 2012Pro de l’òdi e de las discriminacions !
L’Occitania qu’èra, qu’ei, e que demorarà ua tèrra de metissatge !
VISCA LA MESCLANHA ! OCCITANIA MULTICULTURALA E ANTIFASCISTA !

S’a vosautes tanben, aquera societat ne’vs corespon pas mei, ça-vietz dab nosautes bastir contra-poders. Las fondacions qui ns miaràn cap a la libertat !

En français:

Dans la nuit du 12 au 13 décembre 2013, des individus d’extrême droite s’en sont pris à notre local, situé devant le fronton du quartier du Hédas. Les auteurs de cette attaque ont forcé les volets sur lesquels ont été inscrits des symboles nazis  « 14  88 – Heil Hitler », accompagnés de croix gammées, mais ne sont pas rentrés, (peut-être ont-ils été dérangés dans leur méfait ?)

On peut supposer que cette dernière agression est une réaction à une soirée qui s’est déroulée à la Tor deu Borrèu une semaine avant, en solidarité à Clément MERIC, à l’occasion du triste anniversaire des 6 mois de son assassinat à Paris par des néo-nazis. Elle était organisée par l’action anti-fasciste paloise.

Mais, ce n’est pas la première fois, qu’en 21 ans d’existence que la Tor subit ce genre d’attaque !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, depuis 1992, un lieu de vie et de lutte alternatif, militant et béarnais/occitan existe à Pau, en Béarn : La Tor deu Borrèu.
Elle est un lieu populaire et culturel pour faire de la politique différemment. La fête aussi, sans  avoir forcément beaucoup d’argent en poche. La Tor en a vu de nombreuses initiatives ! Elle a vu Carnaval, Hestiv’oc, des soirées Iròlas-Borret, a organisé des grillades/repas/soirée de soutien à des travailleurs en grève, aux sans-papiers, des sans logis, à des précaires, des repas populaires de quartier, en passant par des concerts de tout style (jazz manouche, ska, punk-rock, métal, aux bals gascons, cantaires, etc.), des parties de pelote/main nu/quilles acharnées sur le fronton, des apéros endiablés après les manifs, des repas et journées populaires avec le quartier, cinéma/documentaire en plein air, des débats, des rencontres, créations collectives de banderoles et d’affiches, des rencontres antifascistes, des soirées de soutien pour des prisonniers ou contre la répression.
C’est un lieu dédié à la lutte et à la fête, en un mot à la vie !
Il est donc dédié à la culture, à la lutte et à la culture locale : Occitane/béarnaise, mais aussi à toutes les autres cultures qui se battent ici ou ailleurs. Un lieu dédié aux luttes sociales locales ou internationales, faisant notre le slogan « vivre et décider au pays » nous comptons apporter notre soutient à tous ceux qui se battent pour faire changer ce monde devenu invivable.

De plus à travers ce lieu, nous avons l’ambition de recréer plus de liens, bien souvent distendus au sein de la métropole. Rompre avec la solitude quotidienne et repli sur soi, briser les préjugés et idées reçus par rapport à tel ou tel type de personne (suivant son origine, son apparence, sa couleur, sa langue, etc.), pour retrouver la joie de partager une idée, verre, une musique, ou encore une expérience.

Serait-ce ce métissage qui dérange tant ces quelques illuminés ? C’est pas avec des barres à mines qu’on stoppe cet engouement !
Alors oui, nous allons continuer à déranger !

Le contexte de peur du chômage, de la précarité et du lendemain, accentué par la crise, ne fait que nourrir l’appétit haineux et dangereux de ces groupuscules. Leur idéologie égoïste est basée sur la haine des immigrés, des sans papiers et de tous ceux qui ne seraient ni blancs, ni chrétiens. La banalisation des idées racistes et xénophobes est largement véhiculée et défendue par les partis institutionnels (sur droitisation de l’UMP, du FN montant et une politique d’expulsion du PS digne d’une droite dure). Il est clair que ces nazillons sont le fruit des politiques successives, qui permettent, en plus du pouvoir de répression de l’État (police, etc), d’exercer une pression indirecte sur foyers de résistance. Rien de plus qu’une milice politique.

Pour être clair, la solution, on ne la trouvera pas dans une sorte d’union illusoire de la « GAUCHE », d’un habituellement triste rabâchage électoral, ou d’une union sacrée républicaine et bien franchouillarde, qui ne fait le jeux que de ces gens-là, car eux, se  diront encore plus français que tous. Les mots ont leur importance quand on entend le FN « défendre » la « République » contre le régionalisme (en Bretagne)…

Pour combattre ce mal-être, il faut s’organiser, sortir de l’individualisme, montrer au peuple qu’il ne faut pas chercher des boucs émissaires isolés, mais se battre réellement et collectivement dans un esprit de solidarité en organisant des alternatives locales au service et pour le peuple. Que les ennemis principaux à notre bien être, sont le CAPITALISME et ses valets !

Libertat! ne se laissera pas intimider et continuera la lutte contre toute forme de discrimination (sociale, raciste, xénophobe, etc.) et pour une société libérée du capitalisme. Nous appelons à être vigilants et à répondre à toute autre attaque de leur part.
On sait comment ça commence et surtout malheureusement comme ça finit ! (Cf 1939-1945)

Assez de la Haine et des discriminations !
L’Occitania était, est, et restera une terre de METISSAGE !

VISCA LA MESCLANHA ! OCCITANIA MULTICULTURALA E ANTIFASCISTA !
Si vous aussi, cette société ne vous correspond plus, n’attendez plus, venez avec nous construire des contre-pouvoirs.  Fondations qui nous mèneront vers la liberté !