Manifestons contre la venue de Louis Aliot (FN) – Pau, Occitània

FN pishem 04Mardi 6 mai 2014, Louis Aliot se rendra au local FN de Pau à 17:00. Le candidat FN-RBM (Front National – Rassemblement Bleu Marine) de la circonscription Sud-Ouest pour les élections européennes commencera par visiter une cave de l’AOC Jurançon avant de se rendre à la permanence du parti frontiste, 18 rue Montpensier.

Nous étions présentEs lors de la venue de Marine Le Pen et avions réussi, avec nos camarades de Libertat, à convoquer un rassemblement conséquent. Une fois encore, le moment est venu d’exprimer notre profond rejet des idées haineuses et archaïques du FN.

Rendez-vous mardi 6 mai à 16:30 au 18 rue Montpensier. Siam numerós-osas entà pishar sus l’ehlama de l’òdi !

Publicités

Venue de Manuel Valls – Pau, Occitània

Valls, n’ès pas planvengut, ni a Pau ni enlòc !

Valls Pau pas planvengut 2014-03-18 01Le Ministre de l’Intérieur Manuel Valls fait expulser des sans-papiers, mène des rafles contre les populations Rroms, maintient Georges Abdallah en prison, a livré Aurore Martin à l’Espagne tortionnaire, tient des discours racistes qui stigmatisent certaines populations (Rroms, etc), refuse au Pays basque Nord le droit à plus d’autonomie en revenant sur les promesses électorales du PS… et la liste est encore longue.

C’est pourquoi nous appelons à manifester mardi 18 mars 2014 à 18:45 devant le Palais Beaumont contre la venue de ce sinistre individu.

Siatz numerós tà manifestar contra la politica repressiva de l’Estat francés !

Signataires : AAF-Pau, Libertat !

Sur l’action du GADI – Pau e Tarba, Occitània

Entre décembre 2013 et février 2014, trois attentats ont eu lieu entre Pau et Tarba*. Tous trois ont été revendiqués par le Groupe Action Directe International (GADI).

Prison de Tarbes, 25 décembre 2013.

Prison de Tarbes, 25 décembre 2013.

Le 25 décembre 2013, un engin incendiaire prend feu devant la Maison d’arrêt de Tarba*. Deux jours plus tard, c’est au tour de la Caserne du 35ème RAP, dans cette même ville. Le 4 février 2014, ces deux attentats sont revendiqués par le GADI. Quelques jours plus tard, c’est au tour de l’Église de la science chrétienne de Pau d’être victime d’un attentat, lui aussi revendiqué par le GADI le 8 février.

Une phase offensive dans la lutte antifasciste

Caserne du 35ème RAP de Tarbes, 27 décembre 2013.

Caserne du 35ème RAP de Tarbes, 27 décembre 2013.

Dans son premier communiqué, le GADI affirme que les deux attentats de Tarba ont été réalisées « en solidarité et à l’appel international des 5 anarchistes de Barcelone. » Il est aussi fait mention de l’assassinat de Clément Méric par des fascistes (5 juin 2013) et de l’augmentation des agressions fascistes dans l’État français. Le communiqué ayant suivi l’attentat du 8 février à Pau rappelle que « du début des années 1990 à aujourd’hui, près d’une centaine de personnes ont été assassinés par des groupes fascistes ». Le GADI fait alors de nouveau allusion à l’assassinat de Clément Méric. On peut considérer l’action du GADI comme le passage à une phase offensive de la lutte antifasciste. Cette phase viserait à nous défendre contre les fascistes qui, quant à eux, n’hésitent plus à employer la violence, souvent physique.

Procès d’un « militant anarchiste entré en résistance »

Église de la science chrétienne de Pau, 8 février 2014.

Église de la science chrétienne de Pau, 8 février 2014.

Le 14 février, on apprend dans la presse que deux personnes ont été interpellées dans le cadre de l’enquête sur ces attentats. Le 18 février, lendemain de l’audience au Tribunal de Tarba, il s’avère que l’un des deux hommes – Damien Camelio –  a été jugé pour ces attentats et condamné à deux ans de prison. Ce dernier assume la responsabilité des attentats. « Il est là le vrai terrorisme: quand des familles sont jetées à la rue, quand des parents ne peuvent plus nourrir leurs enfants, quand la dignité humaine est piétinée. Regardez votre terrorisme dans les yeux avant de juger le mien » déclarera le prévenu. Il se définit comme « un militant anarchiste entré en résistance. » Quant à sa culpabilité, il annonce au tribunal: « je ne suis pas innocent, au propre comme au figuré. Ni coupable tant que vous ne reconnaîtrez pas la culpabilité des vrais oppresseurs terroristes. »

Prise de position de l’AAF – Pau

L’AAF – Pau se voit obligée d’exprimer son opinion face à ces évènements. En effet, ceux-ci ayant eu lieu dans notre « zone d’action », il serait difficile de choisir l’option de la fuite. Nous refusons de condamner ces actes. Cependant, nous nous devons de préciser que ces derniers diffèrent des méthodes que nous avons choisi d’utiliser afin de mener la lutte antifasciste. En effet, notre mode d’action se limite à l’information sur les idées véhiculées par le fascisme et à l’annihilation de la propagande fasciste à Pau et en Béarn.

* Tarbes, en français.

Sources:
La Dépêche: ici, et .
Sud Ouest: ici.
Contra Info: ici, et . (Site auquel les communiqués du GADI ont été envoyés.)
AAA 12: ici, , et . (Apparemment il y a quelques soucis pour accéder au site.)

Soirée de présentation – Pau, Occitània

Pour accéder à l’évènement Facebook, cliquez ici.

L’AAF-Pau vous convie à sa soirée de présentation qui se tiendra le jeudi 21 novembre au Complexe de la République puis à la Tor deu Borrèu. Au programme : une présentation de notre groupe antifasciste, une conférence sur la montée du fascisme en Béarn de nos jours puis un repas et une soirée festive lors de laquelle se produira le groupe de folk-celtic Black Wine. En espérant vous voir nombreux/ses ! Antifascistement vôtres.

Soirée de présentation 16

Arrestations après l’occupation du PS en solidarité avec Georges Abdallah – Pau, Occitània

Occupation du siège du PS palois par les militants.

Occupation du siège du PS palois par les militants.

Le 24 Octobre, une dizaine de militants de l’AAF-Pau, Libertat, Futur Rouge et Parti de Gauche nous sommes enchaînés au local du PS. Notre but: protester contre la politique d’exception menée par l’État français à l’encontre de  Georges Ibrahim Abdallah. En effet, notre camarade est retenu prisonnier depuis 1984 et libérable depuis 1999. Après une demie heure d’occupation, la Police Nationale est venue nous prendre en photo, nous empêchant de faire de même. Elle a ensuite contrôlé nos identités puis nous a arrêtés dans le but d’effectuer une vérification d’identité. Deux heures et demie plus tard, nous sortions enfin du commissariat de Pau.

À deux jours de la manifestation de Lannemezan/Lanamesa, ces arrestations montrent le refus total de la part du gouvernement PS de libérer notre camarade Georges, qui entrait ce jour-là dans sa trentième année d’incarcération.

Pour plus d’infos sur Georges Abdallah : Libérons Georges

Autres articles sur le sujet : Libertat, Futur Rouge, La République des Pyrénées, Bella Ciao.Georges Abdallah bandeau 30 ans 3

En Occitan:

Lo 24 d’ octobre, ua detzena sòcis de l’AAF-Pau, de Libertat, de Futur Roi e deu Partit d’Esquèrra que’s son encadenats au locau deu PS. Lo noste objectiu: protestar contre la politica d’exepcion miada per l’estat francés a l’encontre de Goerges Ibrahim Abdallah. De hèit, lo noste camarade qu’ei retiengut presoer despuish 1984 e liberable despuish 1999. Arron mieja òra d’occupacion, la Polici Nationau qu’ei vienuda prenè’ns en fòto,empachà’ns de har parier. Puish qu’a contrarotlada las nostas identitats e enfin que’ns a arestats dens lo but de realizar ua verificacion d’identitat. Dus òras e mieja mei tard, que sortim totun deu comissariat de Pau.

A dus dias de la manifestacion de Lanamesa, aquestas arrestacions que muishan l’ arrefús totau de la part deu govèrn PS de liberar lo noste camarade Georges, qui entrava aqueste dia dens la soa trenta-e-uau annada d’incarceracion.

Tracts du FN Place Verdun – Pau, Occitània

Sous les essuie-glace des voitures, des tracts  ont été déposés...

Sous les essuie-glace des voitures, des tracts ont été déposés…

Les tracts qui ont été distribués Place Verdun ont un contenu clairement xénophobe.

En effet, on trouve d’abord un bref texte expliquant ce que le FN perçoit comme étant le péril Rom (criminalité, prostitution, maladies, possibilité qu’ils prennent le travail des français) tout en essayant de surfer sur la vague FN 2.0 : « Les responsables directs de cette situation [sont] nos gouvernants UMP puis PS, aussi lâches et soumis à l’Union Européenne les uns que les autres. »

... Tiens, des tracts du FN avec la tronche à Marine dessus...

… Tiens, des tracts du FN avec la tronche à Marine dessus…

Ce texte – qui ressemble étonnamment de nombreux textes xénophobes de la fin des années 1930 – n’a non-seulement aucun fond mais tente également de nous faire oublier les vrais responsables de la situation des populations Rom : le capitalisme, qui pousse ces personnes dans une précarité extrême. De plus, le but est clairement de créer de toute pièces un ennemi intérieur, qu’il faudrait combattre afin de préserver le salut de la patrie. Car même si au FN on n’a rien contre les Roms, on n’a quand-même pas trop envie de les voir rester chez soi, n’est-ce pas.

Ensuite, juste à côté de la photo de l’amie Marine, on trouve des revendications, dans lesquelles le FN se permet même de faire de l’humour (à croire qu’ils ne sont pas encore assez sordides).

... Bye bye, les tracts ! Pau est et restera antifasciste !

… Bye bye, les tracts ! Pau est et restera antifasciste !

Ces revendications visant les « Roumains, Bulgares et donc Roms » appellent à leur expulsion, à leur harcèlement et leur persécution par les forces de police, au refus de la liberté de circulation, au refus de les employer et à la stigmatisation toujours plus fortes de certaines populations « étrangères ».

 

En Occitan :

Los prospèctus qu’eston balhats plaça Verdun, qu’an un contengut clarament xenofòbe.

Que trobam en purmèr un cort tèxte en explicar çò que’u FN percébet com en estar lo perilh Rom ( criminalitat, prostitucion , malaudias, possibilitat de pren lo tribalh deus francès) tot en essajar d’ersar sus l’andada FN 2.0.« Los responsables dirèctes d’aquera situacion son los governants nòstes UMP puish PS, tant coards e susmetuts a l’Union Europèa.» Aqueth tèxte – qui sembla estonablament aus nombròs tèxtes xenofòbes de la fin d’annada 1930- non solament n’a pas briga hons mès tempta egaument de’ns har desbrembar los vertadièrs responsables de la situacion de las populacions Rom : lo capitalisme, qui possa aquestas personas a l’extrèma precaritat. Que mei,la finalitat qu’ei clarament de crear de tota pèças un enemic interior, qui caleré combàter entau sauvetat de la patria. Pr’amor quitament se au FN qu’avèm arren contra los Roms , n’avèm pas tròp enveja de’us véder demorar a casa, vertat ?

Apuèi, dinc a costat de la fòto de l’amiga Marina, que trobam de las reivindicacions, dens las quaus FN permete’s de medish har plaséncia ( Atau ne son pas briga enqüera pro hastiaus). Aqueras reivindicacions en visar los « Romanés, Bulgars, adonc Roms) aperan a la lor expulsion, a lo secutament e la lor persecucion per las fòrças de policia, au arrefús de la libertat de circulacion, au arrefús de’us emplegar ed a l’estigmatizacion tostemps mei hòrta d’uas populacions «estrangèras».